Les temps sont rudes pour les navires « à tout faire ». Depuis quelque temps, les navires polyvalents subissent les assauts particulièrement offensifs des porte-conteneurs et vraquiers qui, confrontés à la surcapacité, à la faiblesse du marché et à des taux de fret au plancher, cherchent des relais de croissance en les « cannibalisant » sur certains types de fret. Ils doivent en outre jongler avec une tendance baissière de la demande de transport consécutive au ralentissement économique de la...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous