Vous représentez des entreprises qui ont été largement impactées par les grèves dans les ports. Que vous a inspiré cette nouvelle crise alors que l’on croyait le risque social définitivement écarté? Denis Choumert : On l’a naturellement très mal vécu. D’une part, ce mouvement social n’avait rien à voir avec des revendications propres au secteur contrairement aux dernières réformes importantes sur les ports français. D’autre part, dans la mesure où une...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous