En fonction de la reprise plus ou moins rapide de l’activité économique et du temps nécessaire pour contenir l’épidémie, Wood Mackenzie estime la réduction de la demande entre 6 et 14 milliards de m 3 en 2020. Pour l’analyste, l’épidémie survient alors que le marché mondial du GNL est déjà sur-approvisionné. « La croissance décevante de la demande des pays de la zone Asie-Pacifique et l’arrivée sur le marché de volumes américains a fait chuter les...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous