Les scrubbers ont aussi leurs avocats. Et la défense est assurée par la Cruise Lines International Association (CLIA). L’association internationale, porte-parole des compagnies de croisière, a présenté ces derniers mois plusieurs rapports qui tendent à démontrer l’innocuité des scrubbers en « open loop » sur la qualité de l’eau et des sédiments portuaires. Le dernier rapport en date est celui de Delft. Le bureau d’étude, mandaté par la CLIA, a analysé les impacts sur...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous