Entre grèves et confinement, les six premiers mois de l’année ont fait perdre à Marseille-Fos 17 % de ses flux conteneurisés, totalisant 617 105 EVP. Une situation inédite qui impose aux manutentionnaires de jongler entre chômage partiel et congés payés sans visibilité aucune sur les six prochains mois pour la main-d’œuvre docker. C’est dans ce contexte si particulier qu’Eurofos, qui exploite l’un des deux terminaux à conteneurs à Fos-sur-Mer, reçoit deux nouveaux portiques...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous