Comme la plupart des grands ports maritimes français, Le Havre vient d’encaisser deux coups durs et a eu peu de répit entre les mouvements sociaux des mois de décembre et janvier et l’émergence de la crise sanitaire. Est-ce que vous limitez néanmoins la casse? Baptiste Maurand: Globalement, fin mai, les volumes étaient en baisse de 30 % par rapport à la même période de 2019, tant sur les conteneurs que sur les vracs liquides, les deux drivers de l’économie portuaire. Les mois d’avril et de mai ont...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous