Comme la plupart des grands ports maritimes français, Le Havre vient d’encaisser deux coups durs et a eu peu de répit entre les mouvements sociaux des mois de décembre et janvier et l’émergence de la crise sanitaire. Est-ce que vous limitez néanmoins la casse? Baptiste Maurand: Globalement, fin mai, les volumes étaient en baisse de 30 % par rapport à la même période de 2019, tant sur les conteneurs que sur les vracs liquides, les deux drivers de l’économie portuaire. Les mois d’avril et de mai ont...
Cet article est réservé aux abonnés. Le contenu de ce site est le fruit du travail de la rédaction pour délivrer une information de qualité et exclusive. Cette mobilisation a un coût et est financée par le revenu généré par la publicité et l'abonnement. En vous abonnant, vous contribuez à cette chaîne de valeur et assurer la pérennité de notre média. Découvrez nos offres.

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous