Fin mars, la malédiction s’abattait sur le secteur pétrolier et la sidération emportait le monde entier. L’Agence internationale de l’énergie (AIE) parlait même du « plus grand choc que le système énergétique ait connu depuis plus de sept décennies ». Pour son dernier jour de cotation, le 20 avril, pour livraison en mai, le baril américain West Texas Intermediate (WTI) s’abîmait sous zéro dollar. Pour la première fois de l’histoire, le pétrole était...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous