Secteur diabolique par excellence, l’enfant terrible du transport maritime est rompu aux montagnes russes émotionnelles. Mais le début de l’année a été particulièrement éprouvant pour ce segment du fret, particulièrement exposé à la demande chinoise. Vorace en matières premières, a` commencer par le charbon et le minerai de fer en provenance du Brésil ou d’Australie, dont sont gourmandes ses centrales électriques et aciéries, la Chine engloutit 35 % des importations de...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous