Les armateurs ont plutôt bien franchi le passage du gué que représentait le premier trimestre avec son lot de chausse-trappes: absorber la hausse des coûts liés à la réglementation sur le soufre dans les carburants marins en vigueur depuis le 1 er janvier dernier et amortir le choc d’une crise d’un genre inédit, dont on connaît désormais les nombreux impacts. En dépit de ces attaques obliques, la plupart des premiers transporteurs mondiaux dans le secteur du conteneur ont manœuvré avec l’...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous