Par deux fois, avant que cela ne leur soit imposé, les compagnies de croisière, à dominante américaine, se sont sabordées en suspendant leurs opérations sine die. Une première fois dès le 15 mars. La seconde le 1 er juillet, anticipant la prolongation du « No Sail Order » émis par les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) américains. L’évolution de la situation épidémique, non contenue outre-Atlantique, a contraint l’Association internationale de la croisière (...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous