Réunissant les ministres de 13 pays, des autorités portuaires, des représentants des transports maritimes, l’OMI et plusieurs agences multilatérales, le sommet maritime international sur les relèves d’équipages, qui s’est tenu le 9 juillet à l’initiative du Royaume-Uni, devait trouver des solutions pour faciliter la mobilité des marins. En raison des contraintes imposées par la crise sanitaire – fermeture des frontières, difficultés d’obtention des visas, réduction...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous