« Je courus au port; je payai double deux rameurs pour les deìterminer aÌ me jeter aÌ Procida malgreì la mer forte et la nuit tombante » (Alphonse de Lamartine, Graziella , 1852). L’écrivain de Mâcon était amoureux de cette petite mais très peuplée île du golfe de Naples, où les habitants travaillent dans la marine marchande depuis des siècles. C’est là qu’est né, en 2013 à l’initiative de Fabrizio Borgogna, le Procida Film Festival, consacré...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous