La fin d’année 2019 a été marquée par un coup dur en raison du départ brutal de l’armement DFDS-UN Ro-Ro. Ce retrait au profit de Sète fait perdre à Toulon un flux annuel de 70 000 remorques, au moment où le port s’apprêtait à livrer la voie ferrée tant réclamée par l’opérateur. « Nous avions investi sur Brégaillon 12 M€ entre 2015 et 2019 dans la rénovation de la voie ferrée et la remise en état des terre-pleins, des parkings et de l...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous