Zéro. Le trafic céréalier du port de Sète est au point mort cette année. En 2019, 8 175 t de céréales ont transité contre 24 638 t en 2018. « La dernière campagne a été catastrophique, avec seulement quatre ou cinq navires. Sète n’a pas d’hinterland pour le trafic de céréales », explique José Hernandez, responsable d’exploitation de Centre Grains à Sète. « Le canal de Rhône à Sète est de moins en moins praticable pour...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous