Sale temps pour la normalité. La pathologie ne respecte décidément aucun protocole. Et il faut bien avouer que cette histoire-là, on ne l’avait pas vu venir. Une plante cultivée depuis des millénaires en tant que sanctuaire des échanges maritimes rudoyés par une crise sanitaire? On n’aurait pas parié un grain sur le fait que l’épi de blé retrouve une certaine centralité dans l’agenda du commerce extérieur à la faveur d’un pangolin ou d’une chauve-souris. Et ce...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous