Le breakbulk a subi de plein fouet l’impact de la pandémie. Les deux principaux ports pour ce type de trafic, Anvers et North Sea Port, ont essuyé de lourdes pertes dans ce secteur. Le rapport de force s’est modifié au profit du second. Mais Anvers ne s’avoue pas vaincu. À Anvers, le conventionnel/breakbulk a chuté l’an dernier à 6,6 Mt. Ce nouveau repli de 20,6 % est le plus sévère enregistré par le port belge pour ses grands flux. Il accentue la baisse de ce trafic depuis 2018 après des anné...
Cet article est réservé aux abonnés. Le contenu de ce site est le fruit du travail de la rédaction pour délivrer une information de qualité et exclusive. Cette mobilisation a un coût et est financée par le revenu généré par la publicité et l'abonnement. En vous abonnant, vous contribuez à cette chaîne de valeur et assurer la pérennité de notre média. Découvrez nos offres.

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous