« Les bénéfices, ça s’divise, la réclusion, ça s’additionne ». Pour les ports français, ça s’éternise en ermitage et la dîme attendra encore un peu. Après une quantité industrielle de rapports sur ce que devraient être les ports français, ne sont toujours pas, mais pourraient être, la reconquête de l’hinterland est un serpent de mer quand bien même le fluvial et le ferroviaire restent les moyens les plus économiques et écologiques pour...
Cet article est réservé aux abonnés. Le contenu de ce site est le fruit du travail de la rédaction pour délivrer une information de qualité et exclusive. Cette mobilisation a un coût et est financée par le revenu généré par la publicité et l'abonnement. En vous abonnant, vous contribuez à cette chaîne de valeur et assurer la pérennité de notre média. Découvrez nos offres.

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous