Fixer des activités logistiques et industrielles sur un territoire, dont on connaît le rôle pour capter et consolider des flux, s’affiche comme les nouvelles obsessions portuaires nationales. Les ports n’ont-ils pas toujours eu ces vocations en accueillant la pétrochimie qui leur a assuré des rentes pendant des années? C’est ce « tout industriel » qu’ils doivent aujourd’hui repenser. « L’ambition portuaire se gagne à terre ». « L’hinterland est notre champ de bataille...
Cet article est réservé aux abonnés. Le contenu de ce site est le fruit du travail de la rédaction pour délivrer une information de qualité et exclusive. Cette mobilisation a un coût et est financée par le revenu généré par la publicité et l'abonnement. En vous abonnant, vous contribuez à cette chaîne de valeur et assurer la pérennité de notre média. Découvrez nos offres.

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous