La mise en œuvre d’un corridor de transit en mer Noire – The black sea grain initiative –, pour permettre l’exportation sécurisé des céréales ukrainiennes et des engrais russes s’apparente à une logistique de guerre. Première étape d’un processus difficile semé d’embûches opérationnelles et de mines à la dérive. L’accord signé entre Kiev et Moscou, sous l’égide de l’ONU avec la médiation de la Turquie, ne constitue en effet...
Cet article est réservé aux abonnés. Le contenu de ce site est le fruit du travail de la rédaction pour délivrer une information de qualité et exclusive. Cette mobilisation a un coût et est financée par le revenu généré par la publicité et l'abonnement. En vous abonnant, vous contribuez à cette chaîne de valeur et assurer la pérennité de notre média. Découvrez nos offres.

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous