Arctic LNG 2 : Après la Chine, le Japon investit dans le projet russe

À l’occasion du sommet du G20 qui s’est tenu à Osaka, la société japonaise Japan Arctic LNG B.V. a signé un accord avec le producteur de gaz russe Novatek pour une prise de participation de 10 % dans son projet gazier Arctic LNG-2 pour un montant de près de 3 Md$. Total avait déjà fait de même en mars, ainsi que la China National Offshore Oil Corp. (CNOOC) et la China National Petroleum Corp. (CNPC), via sa filiale CNODC, en juin.

Un autre FSRU pour la Grèce

La Grèce a validé le projet d'implantation d'une unité flottante de gaz et de regazéification porté par Motor Oil après une procédure accélérée, a précisé le ministère du Développement et de l’Investissement le 27 janvier. Un investissement de 340 M€ pour la Grèce qui pourrait compter prochainement trois FSRU.

Un cinquième transporteur de gaz liquéfié et d'ammoniac pour NYK

NYK, l’une des trois grandes compagnies nippones, vient de commander à Kawasaki Heavy Industries (KHI) son septième transporteur de gaz liquéfié et le cinquième d'une nouvelle « espèce » capable de transporteur du GPL et de l'ammoniac en même temps. Les armateurs japonais prouvent une nouvelle fois leur intérêt pour l’ammoniac.

Euronav : John Fredrisen et les Saverys désormais actionnaires à parts égales

Après une nouvelle acquisition d’actions en circulation, les sociétés gérant les participations de l’homme d’affaires John Fredriksen détiennent 24,99 % du capital d’Euronav. Les deux premiers actionnaires de l’armateur belge de tankers, dont les visions s’opposent radicalement, ont désormais une influence similaire.

Ports et docks CGT : place au 31 janvier

La fédération nationale des ports et docks CGT (FNPD-CGT), qui avait appelé à une grève de 24 heures dès le 26 janvier, n’était pas un cas isolé. Les CGT Chimie, Mines-Énergie, Pétrole... avaient appelé à une mobilisation dans les centrales EDF, les raffineries, les ports, les barrages... En préparation à la grande manifestation intersyndicale du 31 janvier.

Les sanctions sur les exportations de brut russe n'ont pas eu les effets attendus

Á partir du 5 février, un second plafond de prix sera introduit pour les carburants et les produits pétroliers russes après celui du pétrole brut, en vigueur depuis le 5 décembre. Pour la Russie, le plafonnement des produits pétroliers devrait être plus douloureux que celui du pétrole brut. Trouver des navires ou des acheteurs pour transporter et importer du brut russe n’a en effet pas été particulièrement problématique.

Euronav/Frontline : John Fredriksen augmente encore ses participations au sein d'Euronav

Alors que la direction d’Euronav a ouvert une procédure d’arbitrage d’urgence, John Fredriksen, le deuxième actionnaire de l’armateur belge de pétroliers, s’empare d’actions supplémentaires, portant sa participation à 22,6 %. Le bras de fer entre les deux principaux actionnaires se poursuivent.

GNL : les deux recours déposés contre le terminal d'importation au Havre rejetés

Dans un arrêt en date du 19 janvier, le tribunal administratif de Rouen – institué par le décret ministériel du 29 septembre 2022 comme unique instance pour statuer sur les recours –, a rejeté les deux référés déposés le 13 janvier par Europe écologie-Les Verts (EELV) Le Havre et Normandie. Le cinquième terminal méthanier français, flottant, prévu sur le port du Havre devrait être amarré en juin pour une mise en service en septembre. Caractère d’urgence...

Euronav/Frontline : le principal actionnaire demande la révocation du conseil d'administration

La fusion entre deux des principaux transporteurs maritimes de brut a avorté mais les principaux protagonistes n’ont toujours pas sifflé la fin de partie. Les deux principaux actionnaires n’en ont fini avec leurs manœuvres. La Compagnie maritime belge demande la tenue d’une assemblée générale extraordinaire en vue de destituer le conseil d’administration. L’homme d’affaires John Fredriksen a repris ses achats d’actions.

L'Allemagne inaugure son deuxième terminal d'importation de GNL

Quelques semaines après celui de Wilhemshaven, un second terminal d'importation de gaz naturel liquéfié a été inauguré en Allemagne, à Lubmin, sur la côte baltique, en présence du chancelier Olaf Scholz. Bien que ce second « coup » soit privé, avec TotalEnergies en partie prenante, Berlin prouve sa capacité à réagir alors que son marché énergétique est menacé de dislocation depuis la mise au ban internationale de la Russie.

Pages