Arctic LNG 2 : Après la Chine, le Japon investit dans le projet russe

À l’occasion du sommet du G20 qui s’est tenu à Osaka, la société japonaise Japan Arctic LNG B.V. a signé un accord avec le producteur de gaz russe Novatek pour une prise de participation de 10 % dans son projet gazier Arctic LNG-2 pour un montant de près de 3 Md$. Total avait déjà fait de même en mars, ainsi que la China National Offshore Oil Corp. (CNOOC) et la China National Petroleum Corp. (CNPC), via sa filiale CNODC, en juin.

Les méthaniers gagnés à leur tour par la fièvre à l'affrètement

Il faut compter 200 000 $ par jour pour affréter un porte-conteneurs, 86 000 $ pour un vraquier et désormais près de 200 000 $ pour des méthaniers. Les navires de transport de GNL s’engagent à leur tour sur la voie de la prospérité. La conjonction de phénomènes extrêmes dans le monde, hérités de la pandémie, stimule les importations et fait des navires des actifs rares et donc précieux.

Crise de l'énergie : la chine en butte à un conflit d'intérêt

Entre décarbonation et préservation de ses capacités de production et d’exportation, faudra-t-il que la chine choisisse ? À quelques jours de la conférence sur le climat COP26 à Glasgow, la Chine émet des signaux négatifs. En 2021, la Chine aura extrait plus de charbon que les 3,9 milliards de tonnes de 2020. Témoignant de ses vives inquiétudes quant à sa sécurité énergétique, elle serait sur le point de signer des contrats long terme pour du GNL américain.

Hausse inévitable du coût de soute

La flambée du prix des énergies n’est pas sans impact sur les carburants maritimes. Les coûts de soute montent en flèche, indiquent les données. Ils vont inévitablement se traduire par des surcharges pour les chargeurs et des coûts d’exploitation supérieurs pour les transporteurs.

John Fredriksen acquiert 5,5 % du capital d'Euronav

Les difficultés du transport de produits pétroliers ne sont pas de nature à dissuader l’homme d’affaires John Fredriksen d’investir à nouveau dans une valeur du secteur. Le norvégien, qui détient des intérêts dans plusieurs segments du transport maritime, possède déjà 40 % de Frontline et avait tenté sans succès d’acquérir DHT. L’armateur belge de tankers n’échappe pas à la sanction du marché mais a mis à profit son temps de crise pour entreprendre le grand ménage dans sa flotte.

Crise de l'énergie : les vrais gagnants

La déraison s’est emparée du marché des énergies. La forte hausse des prix, le gaz en tête, a déjà affecté l'industrie. À l'approche de l'hiver dans l'hémisphère nord, les tensions sur la demande s’exacerbent dans un contexte de pénurie et de stocks faibles. Le pétrole et le charbon pourraient ressortir les vrais gagnants des rapports de force entre toutes les énergies.

Pékin devrait allouer 123 Md$ au forage de 118 000 puits de pétrole

La Chine cherche à augmenter sa production de pétrole et de gaz d’ici cinq ans pour répondre à la demande intérieure croissante et réduire ses importations de pétrole. Selon Rystad Energy, Pékin devrait consacrer ces cinq prochaines années 27 Md$ de plus qu’entre 2016 et 2020. Les puits en développement représenteront alors 88 % du parc.

La demande en carburants marins à haute teneur en soufre reste forte

Contrevenant à tous les scénarios esquissés depuis l’entrée en vigueur de la réglementation qui plafonne les carburants marins à haute teneur en soufre, la demande pour du HFO reste soutenue parce que le scrubber, bien que contesté, reste une option.

La flambée des prix du gaz met à l'arrêt certains secteurs industriels

Les prix mondiaux records du gaz naturel poussent certaines entreprises voraces en énergies à réduire leur production. Une tendance qui ajoute aux perturbations dans les chaînes d'approvisionnement mondiales et à la flambée des matières premières.

Clarksons : des signes d’amélioration sur les marchés offshore

Sacrément chahutés en 2020, les marchés du pétrole et du gaz offshore ont connu une légère amélioration de l'activité au cours du premier semestre. La confiance est de retour avec des investissements dans de nouveaux projets en hausse et l’éolien offshore porté par la vague vert. Le financement du secteur offshore pourrait toutefois s’avérer problématique.

Pages