Axe Seine : Marfret renforce son service ferroviaire de conteneurs

Un an après avoir initié une navette ferroviaire hebdomadaire entre le Terminal conteneurs et marchandises diverses (TCMD) de Grand-Couronne-Moulineaux (port de Rouen) et Bonneuil-sur-Marne (ports de Paris), Fluvio Feeder Armement renforce son offre avec une escale supplémentaire à Gennevilliers.

Bilbao : la réputation d'un port modèle durement touchée

Lancée le 9 octobre, en pleine pandémie, la grève des salariés de la manutention portuaire du port de Bilbao a fait l'objet d'un nouveau préavis jusqu'au 9 décembre. Les détournements d'escales et le blocage des marchandises ont d'ores et déjà affecté la position compétitive du port et généré une inquiétude majeure parmi les industriels et le monde de la logistique.

Containerships s'appuie sur le port de Dunkerque

Rob Waterman, CEO de Containerships : « L’efficacité et la fiabilité de Dunkerque permet non seulement d’effectuer des transbordements de conteneurs depuis et vers la République d’Irlande mais également d’offrir aux chargeurs européens une solution maritime directe. » Le spécialiste du transport maritime de courte distance (filiale de CMA CGM), présent sur le...

Conteneurs : Boluda place ses pions à Santander

L’entrée d’un opérateur espagnol dans un terminal à conteneurs est une originalité. Les acteurs locaux avaient tendance à s’effacer au profit des grands groupes internationaux. La stratégie de Boluda s’inscrit à contre-courant de cette tendance, en ciblant des projets de moindre taille, adossés à des niches de trafic où il déploie sa propre flotte. En pleine crise économique, le groupe effectue une entrée en force sur la façade maritime nord de l’Espagne.

Nantes-St-Nazaire affirme ses ambitions dans l’hydrogène

À l’image de la Région Pays-de-la-Loire qui porte un projet de 100 M€ à dix ans, le Grand Port Maritime (GPM) de Nantes Saint-Nazaire souhaite devenir le premier grand port hydrogène de l’Atlantique.

Rotterdam court derrière ses performances de 2019

Le troisième trimestre a permis au plus grand port européen de rattraper une petite partie de son retard sur l’an dernier. Aux termes des neuf premiers mois, le néerlandais reste néanmoins nettement en-deçà de son résultat comparé à la période correspondante de 2019. À l’exception des conteneurs qui s’en rapprochent de plus en plus. Rotterdam plaide en faveur d’une reprise par l’investissement public. Au programme, hydrogène et captage de CO2.

Pages