Bourbon Mobility prévoit une quarantaine de nouveaux navires sur trois ans

Bourbon Mobility s’apprête à recevoir les premières unités d’un programme qui prévoit une quarantaine de navires de transport des personnels offshore. Pour concevoir ses nouveaux crewboat, la compagnie s’est appuyée sur les retours de 150 expériences d’usagers.

Nouvel incendie avec perte de conteneurs

Le porte-conteneurs ZIM Kingston a perdu 40 conteneurs dans des conditions météorologiques très difficiles à l’ouest du détroit de Juan de Fuca, au sud de l'île de Vancouver, avant de prendre feu. L’incendie est stabilisé. Mais deux des conteneurs endommagés contiennent 57 t de produits chimiques, classés pour leur caractère inflammable et toxique.

Brittany Ferries va recevoir une aide de 45 M€ de l'État français

Le 23 septembre, la Commission européenne avait estimé à 61,2 M€ le préjudice subi par la compagnie transmanche française. L’entreprise bretonne va recevoir une aide sous la forme d’une subvention de 45 M€. Le ministère de la Mer engage en outre les démarches pour obtenir une prise en charge par la réserve d’ajustement Brexit.

Accélération dans les projets pilotes de capture de CO2 à bord

Les expérimentations autour de l’installation à bord de la technologie de capture et de stockage de CO2 se multiplient. Plusieurs annonces s’enchâssent. La compagnie japonaise K-Line a terminé pour sa part les premières phases de tests de son démonstrateur lancé en fin d’année dernière.

Amazon, Ikea, Unilever, Zara...n'embarqueront plus sur des navires polluants en 2040

Amazon, Ikea, Unilever et Zara font notamment partie des neuf multinationales qui se sont engagées à transporter leur fret sur des navires alimentés par des carburants zéro émission d'ici 2040. Elles entendent ainsi envoyer des signaux de demande mais les ONG leur rappellent aussi quelques-unes de leurs responsabilités.

Le marché du conteneur n'envoie aucun signe d'apaisement

La semaine d'or chinoise, traditionnelle saison morne, n'a eu aucun probant sur la congestion portuaire. Le marché du conteneur reste sous tension alors que le président américain Joe Biden a accentué la pression à l’approche des fêtes de fin d’année. Et certains de s’interroger déjà : les arriérés seront-ils suffisamment résorbés pour le Nouvel an chinois alors que les chargeurs, échaudés par les précédents, anticipent déjà leurs commandes.

Les méthaniers gagnés à leur tour par la fièvre à l'affrètement

Il faut compter 200 000 $ par jour pour affréter un porte-conteneurs, 86 000 $ pour un vraquier et désormais près de 200 000 $ pour des méthaniers. Les navires de transport de GNL s’engagent à leur tour sur la voie de la prospérité. La conjonction de phénomènes extrêmes dans le monde, hérités de la pandémie, stimule les importations et fait des navires des actifs rares et donc précieux.

Toujours plus d'exclus parmi les ports du fait de la congestion

Les compagnies poursuivent l'agencement de leurs programmes pour éviter les files d’attente dans les ports les plus congestionnés. Chaque semaine apporte son lot d’exclus. Les escales sautent et les rotations deviennent parfois des connexions quasi directes. Anvers et Rotterdam sont mis au ban en Europe. Leurs voisins en profitent et s’affirment en hubs de transbordement. Jusqu’à ce que la congestion les gagne à leur tour ?

Toujours plus de navires aux abords de certains ports

La file d'attente des porte-conteneurs dans les ports du monde entier s’est résorbée ces dernières semaines, mais pas au large de Long Beach et de Los Angeles où la file d'attente s’allonge, indique VesselsValue.

Pages