MSC rafle la mise entre l'Europe du Nord et le continent nord-américain

Le leader mondial de la ligne régulière, absorbant avec un appétit d’ogre les navires d’occasion et enchaînant les commandes de nouveaux navires, contrôle la plus grande capacité sur la ligne entre Europe du Nord et Amérique du Nord. Depuis avril, il y a lancé en solo cinq services, en partie pour limiter les transbordements dans les principaux ports nord-européens encombrés.

Conteneur : les compagnies face au manque criant de navires

Au programme des lignes régulières en 2022, l’ingéniosité. Les transporteurs maritimes sont contraints aux arbitrages alors qu’il n'y a pas assez de porte-conteneurs disponibles pour assurer tous les services. Selon Alphaliner, cinq boucles peuvent être considérées comme des services fantômes, sans navires pour les opérer.

Maersk et MSC interrompent le partage de navires avec SM Line

Depuis un accord signé en février 2020, la compagnie sud-coréenne était liée aux numéros un et deux mondiaux de la ligne régulière par des partages de capacités et de créneaux sur des services entre la Chine et la côte ouest-américaine. L'échéance du partenariat avait pourtant été fixée au 31 mars 2023.

À la faveur de la congestion, Amsterdam accueille... un porte-conteneurs

Le second port néerlandais n’est pas à proprement parler une porte d'entrée naturelle pour les porte-conteneurs. Mais avec la congestion sur le range Nord, Amsterdam, uniquement accessible via les écluses d'IJmuiden, trouve un nouvel emploi pour son terminal à conteneurs qui n’a jamais réussi à convaincre.

MSC et Maersk prolongent les suppressions d'escales au Havre, à Anvers et à Hambourg

En raison de la congestion portuaire, Maersk et MSC annoncent qu’ils vont prolonger « le s aménagements » pour trois des six services phares entre Asie et Europe du Nord. Le Havre, Anvers et Hambourg sont particulièrement concernés mais le port normand tire mieux son épingle du jeu.

Déficitaire en mars 2020, ZIM va verser un dividende « spécial » en mars 2021

Alors qu’il y a un an à la même période, le transporteur israélien se rétablissait mais était encore déficitaire, la compagnie s'apprête à verser, à l’issue d’un trimestre très rentable, un dividende d'environ 238 M$ en plus de celui prévu pour l’année. Désormais coté en bourse, l’armateur présente un bénéfice net record de 589,6 M$ et un résultat d'exploitation en hausse de 2 645 %.

Vers une nouvelle alliance maritime

Cinq compagnies sud-coréennes ont créé la surprise en annonçant au cours des derniers jours de l’année un accord de base pour donner naissance à K-Alliance. Objectifs : Compétitivité, économies d’échelle, déploiement de navires plus sobres, investissements portuaires …

Arrivée de Søren Toft à la tête de MSC

C’est ce qui s’appelle une arrivée médiatique. L'information est relayée par toute la presse maritime. Søren Toft a vécu hier sa première journée à Genève en tant que patron du n° 2 mondial du transport maritime de conteneurs, un an après avoir quitté son poste de directeur de l'exploitation de Maersk, partenaire de MSC au sein de l’alliance maritime 2M.

Transpacifique : les rapports de force évoluent

Les principaux transporteurs ont clairement donné la priorité à l’offre entre Asie et Amérique du Nord au cours des derniers mois. Les rapports de force entre alliances maritimes évoluent mais les lignes bougent aussi sur le front Est-Ouest…

Transpacifique : les alliances rétablissent de la capacité

Résultant des injonctions chinoises ou pas, les trois grandes alliances des lignes Est-Ouest ont remis des EVP sur le marché en rétablissant les traversées qu’elles avaient supprimées. Reste à savoir si elles vont aussi revenir sur leurs tarifs. Conformément à la demande des autorités de la concurrence qui s’inquiétaient aussi de la flambée des taux.

Pages