Le net wage accordé pour un an aux armateurs français

Le décret, instaurant l’exonération en 2021 de charges salariales pour les armements effectuant du transport de passagers à l’international sous pavillon français et communautaire est publié. Les armateurs français l’attendaient comme une des mesures nécessaires pour révolutionner le cadre dans lequel ils opèrent à armes pas tout à fait égales alors que d’autres pavillons européens en profitent déjà depuis des années.

L'impérieuse nécessité de la vaccination des marins

La France rejoint la liste des pays, encore rares, à considérer les marins comme des publics prioritaires à la vaccination. Après la relève, la vaccination apparait comme un nouveau défi opérationnel alors que la flambée des contaminations en Inde, grand pays pourvoyeur de marins, fait cette fois peser une menace de pénurie d’équipages.

Fontenoy du maritime : stratégie de flotte, développement de l’emploi et industrie maritime au menu de la seconde étape

Nouvelle étape dans la démarche lancée en novembre dernier par le ministère de la Mer en faveur du pavillon français et de la place économique et industrielle maritime française. Trois thèmes de travail vont présider à la seconde phase, qui doit déboucher sur un accord de compétitivité d’ici l’été. Une consultation publique est par ailleurs ouverte sur le site ministère jusqu’au dimanche 18 avril.

CIMer : Déception pour les armateurs

Dans un communiqué, le président d’Armateurs de France fait part de ses déceptions quant au Comité interministériel de la mer (CIMer), qui s’est tenu le 22 janvier au Havre. « Les sujets à l’ordre du jour sont restés essentiellement portuaires », déplore Jean-Emmanuel Sauvée. Raccords et désaccords. Coupes et compromis. Les relations entre les...

Neoline, Towt, Alizés : voiliers cargos ou cargos à voile, où en sont-ils ?

Les trois représentants de la filière vélique française, représentée par une quinzaine d’acteurs, sont particulièrement avancés dans leurs projets, dans la dernière ligne droite avant la mise en service de leurs premiers navires. Ils ont surtout réussi à adresser de grands et notoires chargeurs, pas de ceux qui investissent à la légère.

Le vent de la considération va-t-il enfin tourner en faveur de la propulsion à la voile ?

En manque de visibilité auprès des acteurs politiques et des investisseurs alors qu’elles portent des projets en phase avec les urgences climatiques et commercialement crédibles après de grands chargeurs, les entreprises de la filière vélique ont le défaut d’être gourmandes en capitaux. En un tour d’horizon très complet, Armateurs de France a tout dit dans un atelier organisé la semaine dernière. Il manque juste à la filière une véritable politique industrielle pour se projeter sur du long-terme…

Cette étude que les armateurs français devraient lire

L’étude que viennent de publier des chercheurs de l’Université de Manchester a le potentiel pour réactiver les débats à l’OMI sur la stratégie que le transport maritime doit adopter pour atteindre ses objectifs de décarbonation. Les climatologues valident scientifiquement la pertinence de la limitation de vitesse, la seule qui permettrait de ne pas louper le rendez-vous de 2050. Et ce faisant, donne un coup de griffe à la politique de l’OMI, qui en se polarisant sur les navires neufs ne permettra pas de répondre aux injonctions de l’Accord de Paris sur le climat.

Jean-Emmanuel Sauvée, nouveau capitaine d'Armateurs de France

Comme prévu , l’Assemblée générale d’Armateurs de France a élu, le 7 avril, Jean-Emmanuel Sauvée à sa présidence pour un mandat de 2 ans. L’organisation professionnelle ouvre une nouvelle page de son histoire avec le président de la compagnie de croisière Ponant.

Armateurs de France : Jean-Marc Roué lâche la barre

Armateurs de France a organisé son assemblée générale de façon dématérialisée ce 6 avril. L’élection du successeur de Jean-Marc Roué était à l’ordre du jour. Si ce successeur sera connu le 7 avril, son identité ne fait déjà aucun doute. Bilan de quelques années de mandature.

La grève dans les ports, une exception française ?

À chaque conflit en France, c’est le même refrain. Il est rappelé que la grève s’inscrit dans une histoire sociale longue. Il est constaté une énième fois que le modèle de dialogue social français est décidément basé sur une culture du conflit. Il est instamment demandé de le réformer pour ne plus subir grève illimitée, perlée, à trous... Depuis le 5 décembre, la France est en tension pour protester contre la réforme des retraites. Les rues sont le théâtre de toutes les contestations. Les quais sont paralysés. Les travailleurs portuaires et les dockers,...

Pages