Tanger Med vit au rythme des investissements privés

Sept mois après avoir lancé la phase deux de son plan d'investissement sur le troisième terminal à conteneurs du port marocain, APM Terminals, la filiale portuaire de Maersk, enclenche une nouvelle étape. Les deux terminaux à conteneurs de Tanger Med2 sont pour l'heure un véritable succès commercial. Ils drainent des investissements maritimes et logistiques.

CMA CGM s’engage dans un grand projet d’autoroute ferroviaire en Espagne

Le port d’Algésiras, l’entreprise publique en charge du réseau ferroviaire espagnol ADIF, la Plateforme logistique d’Aragon et la société privée Rail & Truck Strait Union, dont est actionnaire CMA CGM, ont signé un protocole pour initier une autoroute ferroviaire entre le port andalou et Saragosse, via Madrid. Le lancement du projet est prévu en 2024. Le dossier suscite un certain scepticisme dans les milieux professionnels espagnols.

Yilport affiche ses ambitions dans le détroit de Gibraltar

L’Autorité portuaire de Huelva a lancé, le 1er octobre, l’appel d’offres pour la construction et l’exploitation de l’extension du terminal de conteneurs. Le groupe turc Yilport, opérateur du terminal existant, s’est d’ores et déjà porté candidat en vue de développer l’activité de transbordement.

Trafic roulier : les grandes ambitions d’Algésiras

Surfant sur un trafic de camions et de semi-remorques avec le Maroc en pleine expansion, Algésiras veut se positionner comme hub stratégique entre l’Europe et l’Afrique du nord dans la perspective d’une relocalisation des chaînes d’approvisionnement mondial. Le port andalou a présenté plusieurs projets.

Tanger Med proche des 5,8 MEVP en 2020

Le port jumeau d’Algésiras a enregistré une croissance de 20 % de ses flux de conteneurs en 2020, tirant pleinement partie des arbitrages opérés par les armements. Une pression concurrentielle accrue de part et d’autre du détroit de Gibraltar...

CMA CGM devient un acteur stratégique de la manutention portuaire en Espagne

HMM avait annoncé fin juin sa volonté de vendre sa participation de 50 % moins une action dans le terminal Total Terminal International Algeciras (TTIA) à Algésiras. La compagnie sud-coréenne vient de solder cette volonté auprès de CMA CGM tout en conservant sa position de principal actionnaire. Cette opération donne une nouvelle dimension à la présence de la compagnie française dans la péninsule.

Les mégamax de HMM créent le spectacle en Europe

Ils sont douze, tous capables de charger plus de 23 000 EVP et portent le nom d’un port européen. Depuis le début de l’année, les chantiers navals sud-coréens DSME et SHI les livrent à pas cadencés pour qu’ils soient déployés sur la longue route commerciale reliant l’Asie à l’Europe du Nord. Chaque escale inaugurale en Europe fait l’objet d’une véritable théâtralisation. Le HMM Oslo était au Havre. On en oublierait que la demande...

HMM vend 50 % de sa participation dans un terminal d'Algésiras

La compagnie maritime sud-coréenne s’apprête à vendre la moitié de ses parts dans la société exploitant le Total Terminal International Algeciras. Pour cela, il faudra l’autorisation de la Corée du Sud, de l'Espagne et de l'Union européenne. Quand les armateurs sont fragilisés et lestés de dettes abyssales, la vente d’actifs de terminaux pour récupérer du cash est une grande tendance. Les armateurs sont dans une logique armateuriale, mais il y a toujours eu dans leur passé...

Vers une nouvelle hiérarchisation portuaire ouest-méditerranéenne ?

Le Covid-19 pourrait-il rebattre les cartes de l’attractivité portuaire en Méditerranée. C’est du moins ce qu’affirment Yann Alix, le délégué général de la Fondation Sefacil, et Nicolas Montier, professeur à l’EM Normandie. Les deux chercheurs ont comparé les escales de porte-conteneurs dans sept ports de la Méditerranée occidentale sur les quatre premiers mois de 2019 et 2020. Des résultats qui en disent long.

Espagne : les ports s’adaptent au nouveau contexte

Les premiers effets de la pandémie sont d’ores et déjà perceptibles dans les trafics. Les ports se posent en renfort des opérateurs mais gèlent leurs projets. Une réduction des droits portuaires est à l’ordre du jour.

Pages