[Édition spéciale vrac sec] Europe du nord : le grand plongeon du charbon

Le charbon représente un flux important pour les plus grands ports maritimes belges et néerlandais à l’exception d’Anvers. Mais les volumes ont très fortement chuté en 2020. À la transition énergétique est venu s’ajouter l’impact de la crise sanitaire sur des secteurs comme la sidérurgie.

Marfret veut capitaliser sur les marchandises non conteneurisées

Avec son service MPV reliant la Belgique et la France aux Antilles et à la Guyane, l'armateur Marfret a diversifié sa présence dans les Caraïbes en proposant une solution alternative aux lignes conteneurisées exploitées sur le secteur. Un bilan encourageant selon le dirigeant de la compagnie marseillaise Guillaume Vidil.

Titan LNG met en service son troisième souteur de GNL à Anvers

Il est le troisième mais se nomme Flex Fueler 002. Pour son navire de soutage de GNL positionné à Anvers, l’opérateur Titan LNG s’est associé à l’exploitant belge d’infrastructures gazières Fluxys qui opère notamment les terminaux méthaniers de Zeebrugge et de Dunkerque.

Anvers lance les travaux sur le Terminal Europa

Le premier terminal à marée de conteneurs, mis en service en 1990 et exploité par le manutentionnaire singapourien PSA, va être mis à niveau de façon à aligner son tirant d'eau maximum à environ 16 m. Des travaux d’ampleur opérés en plusieurs phases pour ne pas entraver la navigation.​ Finalité : accueillir deux mégamax simultanément.

Anvers : record de profondeur à Deurganckdok

Ce sont quatre petits décimètres qui peuvent faire la différence à Anvers pour s’imposer en tant que premier port d’escale européen pour les plus grands navires en provenance d’Asie. Le port a réalisé avec succès un premier test portant son tirant d’eau à contre-courant à 15,7 m. Prochaines étapes : 15,9 puis 16 m.

Rotterdam : un trafic en baisse de près de 7 % en 2020

Le port néerlandais a traversé une année difficile, préserve néanmoins sa place de leader portuaire européen mais perd au passage quelques parts de marché au profit de son challenger belge Anvers. Le repli n’a pas compromis ses investissements, assure l’autorité portuaire néerlandaise.

Anvers limite la chute grâce au conteneur en 2020

Malgré une année dominée par les restrictions et les départs annulés, le trafic de conteneurs a permis au deuxième port européen de contenir les pertes. Anvers s’en sort avec un volume en baisse de 3,1 %, à 231 Mt. Mais il franchit la barre des 12 MEVP et a mieux résisté que la plupart des autres ports du range Hambourg-Le Havre en 2020.

Conteneur : le Range nord conforte sa position en Europe

La progression du trafic conteneur au cours des dernières années a surtout profité aux ports du Range nord, selon le travail mené par Ronan Kerbiriou et Arnaud Serry, respectivement ingénieur d'études et enseignant-chercheur de l'Université du Havre. Cependant, l'émergence plus récente de ports méditerranéens, même si elle est loin de les menacer, pourrait leur enlever quelques parts de marché sur le transbordement.

Anvers sécurise la mainlevée des conteneurs en la numérisant

À partir du 1er janvier prochain, la mainlevée des conteneurs sur les terminaux anversois sera progressivement soumise à une nouvelle procédure qui doit permettre au port de franchir « une nouvelle étape vers la sécurisation numérique ». Elle sera payante.

Rotterdam court derrière ses performances de 2019

Le troisième trimestre a permis au plus grand port européen de rattraper une petite partie de son retard sur l’an dernier. Aux termes des neuf premiers mois, le néerlandais reste néanmoins nettement en-deçà de son résultat comparé à la période correspondante de 2019. À l’exception des conteneurs qui s’en rapprochent de plus en plus. Rotterdam plaide en faveur d’une reprise par l’investissement public. Au programme, hydrogène et captage de CO2.

Pages