Fontenoy du maritime : ce qu'en pensent les armateurs

La stratégie pour enrayer la détérioration du pavillon national, passé en plusieurs décennies du 4e au 29e rang des flottes mondiales, est une bonne base mais doit être encore complétée, signifient les armateurs français. Armateurs de France salue la plupart des mesures annoncées dans le cadre du Fontenoy du maritime, mais il y a encore des trous dans la raquette.

Armateurs de France : un pilote maritime au poste de délégué général

Le comité exécutif d’Armateurs de France a désigné Jean-Philippe Casanova pour succéder à Jean-Marc Lacave le 1er janvier 2022. Une première dans l’histoire d’Armateurs de France, note l’organisation : deux marins seront à la barre de l’organisation professionnelle.

Le net wage accordé pour un an aux armateurs français

Le décret, instaurant l’exonération en 2021 de charges salariales pour les armements effectuant du transport de passagers à l’international sous pavillon français et communautaire est publié. Les armateurs français l’attendaient comme une des mesures nécessaires pour révolutionner le cadre dans lequel ils opèrent à armes pas tout à fait égales alors que d’autres pavillons européens en profitent déjà depuis des années.

L'impérieuse nécessité de la vaccination des marins

La France rejoint la liste des pays, encore rares, à considérer les marins comme des publics prioritaires à la vaccination. Après la relève, la vaccination apparait comme un nouveau défi opérationnel alors que la flambée des contaminations en Inde, grand pays pourvoyeur de marins, fait cette fois peser une menace de pénurie d’équipages.

Fontenoy du maritime : stratégie de flotte, développement de l’emploi et industrie maritime au menu de la seconde étape

Nouvelle étape dans la démarche lancée en novembre dernier par le ministère de la Mer en faveur du pavillon français et de la place économique et industrielle maritime française. Trois thèmes de travail vont présider à la seconde phase, qui doit déboucher sur un accord de compétitivité d’ici l’été. Une consultation publique est par ailleurs ouverte sur le site ministère jusqu’au dimanche 18 avril.

CIMer : Déception pour les armateurs

Dans un communiqué, le président d’Armateurs de France fait part de ses déceptions quant au Comité interministériel de la mer (CIMer), qui s’est tenu le 22 janvier au Havre. « Les sujets à l’ordre du jour sont restés essentiellement portuaires », déplore Jean-Emmanuel Sauvée. Raccords et désaccords. Coupes et compromis. Les relations entre les...

Neoline, Towt, Alizés : voiliers cargos ou cargos à voile, où en sont-ils ?

Les trois représentants de la filière vélique française, représentée par une quinzaine d’acteurs, sont particulièrement avancés dans leurs projets, dans la dernière ligne droite avant la mise en service de leurs premiers navires. Ils ont surtout réussi à adresser de grands et notoires chargeurs, pas de ceux qui investissent à la légère.

Le vent de la considération va-t-il enfin tourner en faveur de la propulsion à la voile ?

En manque de visibilité auprès des acteurs politiques et des investisseurs alors qu’elles portent des projets en phase avec les urgences climatiques et commercialement crédibles après de grands chargeurs, les entreprises de la filière vélique ont le défaut d’être gourmandes en capitaux. En un tour d’horizon très complet, Armateurs de France a tout dit dans un atelier organisé la semaine dernière. Il manque juste à la filière une véritable politique industrielle pour se projeter sur du long-terme…

Ponant : Jean-Emmanuel Sauvée quitte la salle des machines

L’étonnement a saisi le petit monde maritime français ce week-end lorsqu’ont été éventés les changements de gouvernance au sein de la compagnie de croisière de luxe Ponant. Une suite logique et programmée de longue date mais l’agenda déroute. Le dirigeant lâche en réalité la gestion opérationnelle pour prendre la présidence du conseil de surveillance, une fois le passage de relais opéré.

Les ports, plus que jamais « opérateurs d’importance vitale »

À ce jour et à l'échelle mondiale, seuls quelques ports ont été contraints de suspendre leurs activités pendant un temps. En France, ils le proclament haut et fort : ils assurent un fonctionnement opérationnel logistique et industriel « normal ». Encore faut-il qu’ils aient de l’activité.

Pages