Attaques en mer d'Oman : Les réactions dans la communauté du transport maritime se multiplient

L'industrie maritime se trouve une fois de plus en prise à un contexte géopolitique sur lequel elle n'a aucun contrôle. Les représentants du secteur du transport maritime se relaient pour appeler à la retenue dans l'attente d'informations avérées (les contradictions ajoutant aux tensions) tout en faisant part de leurs inquiétudes pour la navigation de ce corridor clé pour le transport du pétrole et du gaz.

Des perspectives raides pour le conteneur selon le Bimco

L’organisation maritime, dont les membres représentent 60 % de la flotte mondiale en capacité, revoit à la baisse ses prévisions de croissance à court et moyen terme. Les volumes de conteneurs continuent de chuter dans la quasi-totalité des principaux marchés. Les indices manufacturiers sont en contraction. Les exportations sont à l'arrêt. Et il est temps – et dans l’intérêt des transporteurs – que les taux de fret atteignent rapidement un plancher, signifie le Bimco.

Des perspectives brouillées pour le conteneur

Dans son analyse du marché, le Bimco doit reconnaître qu’elle peine à identifier les points positifs actuellement compte tenu des nombreux « vents contraires ». L’organisation maritime internationale anticipe une faible croissance de la demande de transport cette année, entre 1 et 2 %, mais de l’ordre de 3 à 4 % en 2023. Les taux de fret vont poursuivre leur descente sans revenir à leur niveau d’avant pandémie, est-elle plus assurée. Premier renversement de l’ordre établi ces deux dernières années : le transpacifique n’est plus la route maritime la plus lucrative.

Piraterie : suppression de la zone à haut risque de l'océan Indien

Le 1er janvier 2023, la zone à haut risque (ZHR) pour la piraterie le long des côtes de l'océan Indien sera supprimée après une quinzaine d’années consacrées à en réduire la menace. Aucune attaque contre des navires marchands n'a été enregistrée au large de la Somalie depuis 2018.

L'engouement pour les petits navires se précise

Signe avant-coureur de la réorganisation des flux et de la montée en puissance de l’intra régional, influence des nouvelles normes réglementaires ou simple besoin de renouvellement ? Depuis fin 2020, l'intérêt des armateurs pour la contractualisation de navires de moins de 8 000 EVP a considérablement augmenté. Les commandes de petits navires ont représenté 39,6 % de tous les contrats passés au cours des douze derniers mois. Leur carnet de commande dépasse largement la capacité de la flotte actuelle.

La frénésie d'achats de navires est historique

À supposer qu’une partie de l’offre finisse en ferraille, dans la mesure où près de 30 % de la flotte ne sera pas conforme aux prochaines échéances réglementaires, il semble peu probable que toute la capacité livrée et libérée de la congestion puisse être absorbée sans nuire à l'équilibre entre l'offre et la demande dans les années à venir, pointe le BIMCO, l'une des plus grandes associations maritimes internationales représentant les armateurs.

Golfe de Guinée : nouvel appel à la mobilisation (militaire) pour éradiquer la piraterie

Alors que la session du Comité de la sécurité maritime de l’OMI, qui s’est tenue du 5 au 14 mai, avait la piraterie dans le Golfe de Guinée à l'agenda, le secteur maritime appelle à une mobilisation collective pour y mettre fin de toute urgence. Les 120 signataires soutiennent que la piraterie pourrait être supprimée avec seulement deux frégates et un avion de patrouille maritime.

Sommet climat : priorité aux discussions sur la taxation carbone

À quelques heures d'une rencontre par visioconférence à Washington durant laquelle les dirigeants d’une quarantaine de pays parleront climat à l’invitation du président américain Joe Biden, la Chambre internationale de la marine marchande, ainsi que d'autres organisations professionnelles revendiquant plus de 90 % du commerce maritime, pressent les dirigeants à entamer les délibérations sur une tarification du carbone.

UE : Fin des consultations maritimes sur le marché carbone

Dans le cadre de son initiative pour réviser son système d'échange de quotas d'émission et étendre son champ d'application au transport maritime, la Commission européenne a entamé une série de consultations des parties prenantes du secteur. Ces audits se sont achevés le 5 février.

Pages