Bordeaux : de l’hydrogène vert pour produire de l’ammoniac

Un accord a été signé entre le port de Bordeaux et la société GH2 pour implanter d’ici à 2025 une unité de fabrication de 14 000 t d’hydrogène totalement « vert » qui servira à la production de 80 000 t d’ammoniac par an. Les discussions battaient leur plein depuis plus d’un an pour aboutir en avril à la signature d’un accord officiel entre le Grand Port maritime de Bordeaux et la société GH2 dédiée à l’implantation en Europe et à l...

Bordeaux a perdu 760 000 t de trafic en 2020

Malgré les impacts de la crise sanitaire, le port de Bordeaux est parvenu à se maintenir au-dessus de la ligne des 6 Mt. Le ralentissement de l’activité industrielle dans l’hinterland conjugué à la chute des approvisionnements en hydrocarbures a plus spécifiquement bousculé les importations.

Hydrogène : le port de Bordeaux soutenu par l'Europe

La présence d’un industriel, Nouryon, qui rejette 3 000 t d’hydrogène, place le Grand port maritime de Bordeaux en tête de pont pour des projets de valorisation de l’hydrogène comme vecteur énergétique. Deux années d’études, financées à 50 % par l’Europe, vont démarrer dès ce mois de septembre.

Bordeaux : l'effet coronavirus tombe sur avril

Après un mois d’avril impacté par les conséquences de la crise du Covid-19, l’activité reprend au Grand port maritime de Bordeaux et les salariés ont réintégré les ateliers. Quant aux trafics, hydrocarbures et vracs repartent à la hausse.

Nouvelle étape vers l'alimentation en hydrogène des navires ?

Hydrogène de France et ABB ont signé un protocole d’accord pour fabriquer des piles à combustible de forte puissance capables d'alimenter des navires. Nouveau cap pour la société bordelaise Hydrogène de France, identifiée comme une des spécialistes des technologies hydrogène.

Bordeaux : Le trafic 2019 sous la barre des 7 Mt

Les années « difficiles » s’enchaînent sur le port de Bordeaux. Depuis 2013, où le trafic dépassait les 9 Mt, les flux de marchandises ne cessent de décroître passant sous la barre des 8 Mt en 2016 puis sous celle des 7 Mt en 2019. En cause, la baisse structurelle sur les exports de céréales et les imports de produits raffinés.

Trafics
 : 
Le port de Bordeaux accuse le coup

Dépassant à peine les 7Mt, le Grand port maritime de Bordeaux enregistre une perte de 210 000 t en 2018 par rapport à 2017. Si le volume des imports (5,5 Mt) est resté stable, celui des exports à - 10 % (1,6 Mt) a plus spécifiquement régressé. Outre l’impact difficilement mesurable des mouvements sociaux ferroviaires et des manutentionnaires, des baisses structurelles sur deux produits-phares expliquent cette tendance.

Pages