Le commerce mondial d'engrais pénalisé par les absences russes

Les sanctions, qui frappent les exportations d'engrais russes, compromettent la saison des semis au Brésil et en Europe pour de nombreuses cultures qui doivent démarrer dans les mois qui viennent. Pourtant, pas moins de 24 navires transportant près de 678 000 t d'engrais vont ou ont déjà quitté les ports de Saint-Pétersbourg et de Mourmansk en direction des côtes du Brésil.

Céréales : la crise russo-ukrainienne engendre un repositionnement des flux

La nature a horreur du vide. Les flux du vrac sec, rompus aux tensions géopolitiques, sont d’ordinaire les plus plastiques. Ils le prouvent à nouveau. Des premiers mouvements s’observent. Les taux de fret des vraquiers ont brusquement changé de cap ces derniers jours.

Un vent de libéralisation dans le cabotage en Chine et au Brésil

À quelques semaines d’intervalle, la Chine et le Brésil ont annoncé un assouplissement de leur législation sur le transport maritime permettre l’exercice d’une plus grande concurrence. Les déséquilibres dans l'accès aux marchés maritimes européens et chinois notamment sont régulièrement débattus. La Chine lance une expérimentation pilote de deux ans visant à ouvrir le transport côtier de conteneurs.

Vrac sec : le Brésil en relais de la Chine, le marché en ébullition

Les capesize gagnent actuellement plus de 35 000 $ par jour. La demande mondiale d'acier continue d'être portée par la Chine où la production établit chaque mois de nouveaux records. La seconde puissance mondiale vient d’être relayée dans sa vigueur par le Brésil. « Une période spectaculaire », s'enflamment les analystes. Goodbulk, premier opérateur de grands vraquiers à délivrer ses résultats, en profite déjà.

Les capesize s'arrachent à 28 520 $

28 520 $. C’est le revenu journalier enregistré le vendredi 16 avril par les capesize. À l’instar des autres navires du segment du vrac sec, les grands vraquiers profitent de l’embellie que connait le marché depuis le début de l’année. Au point que certains n’hésitent plus à évoquer un nouveau « super-cycle » en référence à la décennie dorée qui a précédé la faillite de Lehman Brothers.

[Le chiffre du jour] - 40,1 % pour les exportations de soja

Le Brésil a lancé la saison des exportations de soja avec une baisse de 40,1 %. À 2,9 Mt, les exportations brésiliennes de soja ont déçu en février, premier mois de la saison d'exportation. Elles accusent une baisse de 40,1 % par rapport au...

Brexit : quels débouchés pour le sucre français ?

Avec le Brexit, le marché britannique risque de se fermer aux producteurs français de sucre et avec lui les 15 % qu'il représente dans leurs exportations. Le salut pourrait cependant venir, au moins pour 2021, du marché mondial qui atteint un déficit record de 3,5 Mt de sucre.

La France cherche à réduire sa dépendance au soja brésilien

Le gouvernement et les filières agricoles se sont engagés à augmenter de 40 % dans les trois ans les surfaces consacrées à la culture de plantes riches en protéines. ​ C’est un plan qui a tardé. Le monde agricole est à vrai dire en...

Le vrac sec gagné à son tour par la fièvre des taux

Après les conteneurs, d’autres feux passent au vert. Le vrac sec connaît à son tour un rebond. Les tarifs des capesize atteignent de sommets. Dans ce secteur, où les taux sont rompus aux brusques mouvements de roulis, la question demeure : la vigueur des tarifs sera-t-elle éphémère ?

Pages