Les importations de charbon se frayent un chemin vers l'Europe

Dernière illustration en date des temps troublés et signe de la confusion encadrant les marchés de l’énergie, les importations de charbon commencent à affluer vers l'Europe. Une réplique à la ruée pour compenser les pertes du gaz russe.

Une année aussi profitable en 2022 pour les vraquiers ?

L’an dernier, les taux de fret des vraquiers ont atteint des niveaux qu’ils n’avaient pas fréquentés depuis au moins dix ans. La congestion portuaire et les restrictions sanitaires ont été les principales alliées des navires. Mais la décarbonation, le niveau d’inflation, le retour des tensions géopolitiques et le ralentissement de la Chine sont de nature risquent de doucher l’euphorie en 2022.

Le transport maritime de vrac sec, meilleur ETF de l’année

En hausse de 215 % depuis le début de l'année, le Breakwave Dry Bulk Shipping, qui investit exclusivement dans des contrats à terme axés sur le vrac sec, se hisse à la première place du podium, tous ETF confondus. Il est le reflet de l’incroyable année pour le segment qui a atteint son plus haut historique.

Crise de l'énergie : la chine en butte à un conflit d'intérêt

Entre décarbonation et préservation de ses capacités de production et d’exportation, faudra-t-il que la chine choisisse ? À quelques jours de la conférence sur le climat COP26 à Glasgow, la Chine émet des signaux négatifs. En 2021, la Chine aura extrait plus de charbon que les 3,9 milliards de tonnes de 2020. Témoignant de ses vives inquiétudes quant à sa sécurité énergétique, elle serait sur le point de signer des contrats long terme pour du GNL américain.

Les capesize ont franchi les 50 000 $ par jour

Les vraquiers valent de l’or. Leur tarif journalier a dépassé les 50 000 $ la semaine dernière. Un niveau qui n’avait pas été atteint depuis 2010. Ils doivent leur fortune non pas à la demande mais à la congestion généralisée des ports.

Louis Dreyfus Armateurs : inauguration du Wind of Hope et sortie définitive du capesize

Inauguré le 1 er juillet à Saint-Nazaire en présence de la ministre déléguée à l’Industrie, Agnès Pannier-Runacher, le second navire de maintenance d’éoliennes offshore de Louis Dreyfus Armateurs sera opérationnel début août. Le groupe a, parallèlement, annoncé sa sortie définitive du marché des grands vraquiers avec la vente de ses deux derniers capesize.

Eastern Pacific commande six transporteurs de voitures au GNL

Le propriétaire singapourien de flotte, très actif dans l’acquisition de navires, vient de passer commande de quatre transporteurs de voitures de 70 000 tpl, double carburant avec le GNL, au chantier chinois China Merchants Jinling. Eastern Pacific Shipping (EPS) a command...

Le revenu journalier du capesize proche des 40 000 $

L'indice Baltic Capesize s’est fixé à 39 589 $/j et le Baltic Dry Index passe la barre des 3 000 $ pour la première fois depuis plus de dix ans. Les analystes estiment désormais que les fondamentaux du marché sont suffisamment solides pour être durables.

Vrac sec : le Brésil en relais de la Chine, le marché en ébullition

Les capesize gagnent actuellement plus de 35 000 $ par jour. La demande mondiale d'acier continue d'être portée par la Chine où la production établit chaque mois de nouveaux records. La seconde puissance mondiale vient d’être relayée dans sa vigueur par le Brésil. « Une période spectaculaire », s'enflamment les analystes. Goodbulk, premier opérateur de grands vraquiers à délivrer ses résultats, en profite déjà.

Chine : coup de frein sur le charbon

Lors du sommet mondial sur le climat organisé par le président américain Joe Biden le 22 avril, Pékin a annoncé que la part du charbon dans son mix énergétique serait contenue en deçà de 56 % en 2021 puis réduite progressivement au cours de la décennie. La Chine est le premier importateur mondial de matières premières. Avec le minerai de fer, le charbon est l’un des premiers clients des vraquiers.

Pages