Ukraine/Russie : l'accord céréalier reconduit pour 120 jours

Après des semaines de négociations, l'accord, qui a instauré des couloirs maritimes sécurisés à partir des ports ukrainiens d'Odessa, Pivdenny et Tchernomorsk pour permettre le transit sécurisé de céréales et denrées agricoles par la mer Noire a été prolongé de 120 jours, a annoncé le 17 novembre le ministre ukrainien des Infrastructures.

Contraction des échanges mondiaux de blé et de maïs

Le Conseil international des céréales prévoit une contraction des échanges mondiaux de blé et de maïs pour la campagne 2022-2023, qui devrait à nouveau être marquée par des incertitudes sur les exportations depuis la mer Noire, en raison du conflit en Ukraine. Les expéditions françaises ont connu un bon début de campagne, grâce aux achats algériens et tunisiens et malgré la baisse des importations chinoises.

Corridor céréalier : Moscou reprend sa participation

Après s’être retiré de l'accord sur les céréales en réponse aux attaques de drones contre sa marine, le Kremlin a annoncé le 2 novembre avoir obtenu les garanties nécessaires pour reprendre la mise en œuvre de l'initiative qui permet de faire sortir en toute sécurité les grains et denrées alimentaires, si vitales aux pays en voie de développement.

Moscou suspend l'accord sur l'exportation des céréales

Après avoir menacé à plusieurs reprises de dénoncer l’accord de juillet sur les exportations de céréales ukrainiennes, vitales pour l'approvisionnement alimentaire des pays pauvres, la Russie a annoncé le 29 octobre suspendre sa participation après l'attaque de drones qui a visé des navires russes en Crimée.

Céréales : un coup de collier inattendu en Ukraine

Le mois d’octobre a apporté un petit coup de pouce aux exportations ukrainiennes dont les volumes expédiés ont été à peine inférieurs au niveau observé il y a un an à la même période quand le pays n’était pas en guerre. Mais il ne pourra pas sauver la saison.

Les retards d'inspection limitent les exportations ukrainiennes de céréales

Les procédures administratives entravent le fonctionnement du corridor maritime céréalier qui doit permettre de sortir les céréales bloquées en Ukraine depuis février. Depuis le 1er août, date de l’entrée en opérateur, seul un tiers du stock a pu être expédié. En cause, le manque d’anticipation des exigences à bord et le sous-dimensionnement des équipes chargées d’inspecter les navires en Turquie.

Céréales : les premiers navires chargés de grains ukrainiens ont touché les ports nord-européens

L’un des terminaux céréaliers Euro-Silo à Gand a accueilli les premiers vraquiers en provenance d’Ukraine. Au cours des huit premiers mois de cette année, les volumes y ont chuté de 60 % par rapport à la même période en 2021. Pour donner toutes les chances aux corridors céréaliers, les autorités ukrainiennes ont autorisé les marins à quitter le pays « malgré les restrictions imposées en temps de guerre ».

France, Roumanie et Ukraine alliées pour exporter les céréales

Alors que la Russie conteste les exportations de céréales ukrainiennes par voie maritime telles qu'elles ont été cadrées par l'accord d'Istanbul, la France apporte son expertise logistique à la Roumanie pour l'acheminement terrestre de ces céréales.

Céréales : l'absence de la mer Noire dope les blés français

Quand la Russie et l'Ukraine se battent, les blés français dansent. Le quart des volumes exportables est déjà sorti. Mais les deux géants sont de retour, l'Ukraine grâce au corridor mis en place, la Russie en bradant ses grains. Les récoltes en cours au Canada et à venir dans l'hémisphère sud ouvrent des perspectives rassurantes.

L'accord entre Moscou et Kiev sur les exportation de céréales compromis

L’accord signé entre la Russie et l’Ukraine pour permettre la reprise sécurisée des exportations de céréales sous l’égide de l’ONU et de la Turquie a déjà été violé. Plusieurs missiles multi-rôles se sont abattus le 23 juillet sur une usine de traitement de céréales, pourtant concerné par l’accord signé par Kiev et Moscou.

Pages