Vrac sec : le Brésil en relais de la Chine, le marché en ébullition

Les capesize gagnent actuellement plus de 35 000 $ par jour. La demande mondiale d'acier continue d'être portée par la Chine où la production établit chaque mois de nouveaux records. La seconde puissance mondiale vient d’être relayée dans sa vigueur par le Brésil. « Une période spectaculaire », s'enflamment les analystes. Goodbulk, premier opérateur de grands vraquiers à délivrer ses résultats, en profite déjà.

Chine : coup de frein sur le charbon

Lors du sommet mondial sur le climat organisé par le président américain Joe Biden le 22 avril, Pékin a annoncé que la part du charbon dans son mix énergétique serait contenue en deçà de 56 % en 2021 puis réduite progressivement au cours de la décennie. La Chine est le premier importateur mondial de matières premières. Avec le minerai de fer, le charbon est l’un des premiers clients des vraquiers.

Les capesize s'arrachent à 28 520 $

28 520 $. C’est le revenu journalier enregistré le vendredi 16 avril par les capesize. À l’instar des autres navires du segment du vrac sec, les grands vraquiers profitent de l’embellie que connait le marché depuis le début de l’année. Au point que certains n’hésitent plus à évoquer un nouveau « super-cycle » en référence à la décennie dorée qui a précédé la faillite de Lehman Brothers.

Charbon : les flux se réorganisent 

Le conflit prolongé sur le charbon entre la Chine et l'Australie, grande nation du vrac sec et premier client du géant chinois, modifiant la structure des échanges, certains pays s’empressant de pallier les défaillances du charbon australien. Une bonne nouvelle pour l’emploi des navires et le tonnage-km ? Pas évident.

Chine/Australie : le pavillon du Panama sollicite l'intervention de l'OMI

Le premier registre mondial de navires demande la médiation de l'Organisation maritime internationale dans le différend commercial entre la Chine et l’Australie qui bloque actuellement 74 vraquiers et 1 500 membres d’équipage au large des ports chinois. Le droit international prime sur le différend commercial, signifie le pavillon.

Le chiffre du jour : 100 Mt de charbon en moins pour le transport maritime

Pour la deuxième fois seulement au cours de ce siècle, les expéditions de charbon vont diminuer cette année. Alphabulk prévoit que le transport maritime perdra jusqu'à 100 Mt en 2020. Les tendances concernant le charbon se confirment. Le commerce...

Carbon Tracker : le Covid va condamner les énergies fossiles

Le think tank britannique, qui étudie les effets du réchauffement climatique sur les marchés financiers, rejoint la cohorte d’experts condamnant les énergies fossiles. À la nuance près qu’il la programme à la fin de la décennie...

La demande chinoise de minerai de fer et de charbon défie la pandémie

Les importations chinoises de charbon ont connu un très bon début d'année. Les achats de minerai de fer sont résilients. Toutefois, la croissance de la demande n'a pas été suffisante pour faire monter les taux de fret sur le marché en difficulté du capesize.

Covid-19 : Le coup de grâce pour le vrac sec

Le coup de frein porté à l’activité industrielle chinoise affecte directement le transport de matières premières, à commencer par le charbon et le minerai de fer en provenance du Brésil ou d’Australie, dont sont gourmandes les centrales électriques et aciéries chinoises. Le BDI touche son plus bas niveau.

Fos-sur-Mer
 : 
La fermeture programmée des centrales à charbon enflamme les dockers

Dockers et salariés portuaires, qui protestent depuis plusieurs mois contre les conséquences de la décision du gouvernement de fermer les centrales à charbon françaises en 2022, ont observé quatre heures de grève le 10 mai. Un mouvement national particulièrement suivi à Fos-sur-Mer. La société Carfos perd en effet 40 % de ses trafics avec l’arrêt de l’activité d’Uniper à Meyreuil. Avec un arrêt de travail de 11 h à 15 h dans les ports français le 10 mai, la F...

Pages