Euromaritime : problèmes logistiques et décarbonation au menu

Pour sa seconde édition à Marseille, qui se tient trois jours durant, du 28 au 30 juin au Parc Chanot, l’événement organisé par la Sogena avec le groupe Ouest France et Le Marin, a ouvert ses portes avec quelques dossiers structurants pour le transport maritime à régler. Des convictions qui s’affirment et des positions qui s’aiguisent. Retour sur quelques propos entendus en quelques heures. Avec une ou deux annonces.

La congestion à Shanghai est revenue à sa moyenne saisonnière

Bien que 13 des 16 districts de Shanghai aient réimposé le confinement en début de semaine dernière, les temps d'attente moyens des navires aux abords du port sont revenus aux niveaux enregistrés ces dernières années à cette même p...

Shenzhen à nouveau confiné

Alors que la guerre en Ukraine met à nouveau les chaînes d'approvisionnement mondiales à l'épreuve, la ville qui loge le quatrième port le plus fréquenté au monde est soumise à un confinement généralisé. Les autorités portuaires se veulent rassurantes mais les restrictions de mobilité des personnels ont été réactivées tandis que les accès aux terminaux sont strictement encadrés avec le retour des quotas imposés aux camions.

Deux transitaires se lancent dans la ligne régulière

Le britannique Uniserve et l'italien RifLine viennent de créer chacun une compagnie de transport maritime – Ellerman City Liners et Kalypso Compagnia di Navigazione – pour opérer leur propre ligne, l’une entre Tilbury et Taicang, Ningbo et Dachan Bay, l’autre pour relier Salerne et Civitavecchia à deux ports chinois.

Le retard des navires a connu son point le plus bas en décembre

Les facteurs qui ont déclenché d'importants goulets d'étranglement auront persisté tout au long de l’année 2021. Pour le dernier mois, les retards de navires et les zones de congestion occupaient toujours le terrain. Le respect des transit-time est même à son point le plus bas.

Quatre des plus grandes régions portuaires chinoises concernées par des restrictions

Après Ningbo, Tianjin, Dalian, Shenzhen, Shanghai, Xiamen, Yantian est à son tour gagné par l’émergence d’Omicron. Même si les autorités locales font preuve de retenue dans leurs restrictions, la course contre la montre des marchandises à expédier avant le Nouvel An lunaire est enclenchée. Hutchinson Ports limite le mouvement des conteneurs dans le troisième plus grand port chinois.

Le point sur les perturbations maritimes et portuaires

L'année 2022 a commencé comme 2021 s'était achevée. La congestion portuaire, l’accumulation des navires au large, la faible rotation des conteneurs et la fermeté des taux de fret semblent avoir signé pour un nouveau contrat de travail en ce début d’année.

Conteneur : statu quo ou nœud gordien en 2022 ?

Le conteneur est en surchauffe au niveau mondial depuis un an. Effets de cascade infernal. Plus personne n’ignore le niveau élevé d’interconnexion du secteur. Que le problème soit maritime ou portuaire, stabilité et prévisibilité vont se monnayer chèrement.

Une fracture croissante en matière de connectivité maritime

Les escales ont tendance à se concentrer dans un nombre limité de ports et à s’allonger. Les navires sont toujours plus grands mais opérés par toujours moins de compagnies. L’écart se creuse, en matière de connectivité maritime, entre la Chine et le reste du monde, selon la dernière publication de la Cnuced sur le transport maritime.

Paralysie portuaire : les États-Unis alignent les dollars

Pour atténuer l’apoplexie sur les quais de la côte ouest-américaine, le séjour des conteneurs devait être taxé à partir du 15 novembre. La seule menace de la mesure semble avoir opéré mais sans aucune influence sur le bataillon de porte-conteneurs en attente dans la baie de San Pedro, également au bord de la thrombose. C’est paradoxalement dans un contexte de records absolus de trafics que le président américain a dégainé une arme fatale : 17 Md$ pour les ports.

Pages