Trois avis recommandent d’approfondir les enjeux environnementaux de l’accès fluvial direct à Port 2000

Au cours des derniers mois, trois avis ont été rendus sur le projet d’accès fluvial à Port 2000, qui alimenteront la prochaine enquête publique. Le Conseil scientifique de l’estuaire de la Seine, l’Autorité environnementale et le Conseil national de la protection de la nature demandent au maître d’ouvrage, Haropa Port, d'étendre ses analyses à tous les impacts écologiques du projet dans le cadre de sa demande d’autorisation environnementale.

Evergreen reçoit son troisième géant de plus de 24 000 EVP

Le chantier naval chinois Jiangnan Changxing vient de livrer à Evergreen le Ever Aria , porte-conteneur d'une capacité de 24 004 EVP. Il appartient à la série inaugurée avec la mise en service du Ever Alot , qui détient actuellement le record de capacité. L’armateur taïwanais a reçu neuf de ses 15 futurs géants, déjà talonnés par ceux de MSC et sans doute vite dépassés. À moins qu’une taille critique ait été atteinte.

Reefer : les taux de fret ont augmenté de plus de 50 % depuis le début de l'année

Les taux de fret des conteneurs frigorifiques, qui s'étaient légèrement redressés en 2021, ont terminé le semestre sur une progression de plus de 50 %. Mais une stabilisation est déjà en cours sur certains trades alors que l’année 2023 s’annonce en baisse, les chargeurs repoussant des taux de fret considérés comme insoutenables.

Felixstowe : les temps d'attente s'allongent pour les navires et les conteneurs

Les impacts de la grève de huit jours dans le premier port britannique pour les conteneurs continuent d’être mesurés. Selon VesselsValue, le temps d’attente moyen pour qu’un navire puisse accoster est passé de 10 à 30 heures entre le début et la fin du mois d’août. En dépit d’un préavis de douze jours, toutes les compagnies n’ont manifestement pas écarté l’escale. Le temps s’est aussi étiré pour le traitement des conteneurs destinés à l’export.

ZIM maintient ses bénéfices pour l'année 2022 après un premier semestre inédit

Le premier semestre ne porte pas encore les traces du ralentissement pour le plus petit des grands de la ligne régulière. Mais les résultats financiers du second trimestre, bien qu’à des niveaux historiques, sont en baisse par rapport au premier trimestre. Le cas de l’armateur israélien est guetté. Car sa politique d’affrètement et son exposition aux taux de fret spot, à la source de son apogée, pourraient aussi être à l’origine de ses pertes.

Un bénéfice de 8,7 Md€ pour Hapag-Lloyd au premier semestre 2022

À contre-courant d’une conjoncture en récession, le numéro cinq mondial du transport maritime conteneurisé a réalisé de nouvelles prouesses au deuxième trimestre de l’exercice 2022. Hapag-Lloyd termine les six premiers mois de l’année sur un résultat d'exploitation de 10 Md€ et un bénéfice net de 8,7 Md€ alors que ses volumes sont inchangés et que ses coûts d’exploitation ont augmenté de 34 %.

Le duo CMA CGM/Baxi emporte la concession d'un terminal dans le premier port à conteneurs indien

Effervescence dans les terminaux portuaires indiens. Un consortium composé de la compagnie française CMA CGM et du groupe indien J.M. Baxi a remporté l'appel d'offres pour l'exploitation du terminal à conteneurs de Nhava Sheva. Dans le même temps, Adani a annoncé un cinquième terminal à conteneurs à Mundra, le concurrent direct . Les deux ports se disputent le trafic conteneurisé du pays.

Conteneurs en perte de vitesse et GNL dopé à Rotterdam au premier semestre

Ralentissement général de la croissance économique, inflation des prix des denrées alimentaires et des énergies, impacts de la guerre en Ukraine sur les échanges énergétiques avec la Russie, perturbations continues en mer... C’est cette ambiance générale que devraient refléter les trafics semestriels des ports les plus connectés avec l’économie mondiale. Rotterdam n’échappe pas au retournement de tendances.

MSC rafle la mise entre l'Europe du Nord et le continent nord-américain

Le leader mondial de la ligne régulière, absorbant avec un appétit d’ogre les navires d’occasion et enchaînant les commandes de nouveaux navires, contrôle la plus grande capacité sur la ligne entre Europe du Nord et Amérique du Nord. Depuis avril, il y a lancé en solo cinq services, en partie pour limiter les transbordements dans les principaux ports nord-européens encombrés.

Pages