Dix-neuf porte-conteneurs envoyés à la casse mais 555 commandés en 2021

Le nombre de porte-conteneurs vendus pour démolition a atteint en 2021 un niveau historiquement bas selon Alphaliner mais il s’en est commandé 555 d'après VesselsValue. Les propriétaires de navires devraient encore bouder le recyclage en 2022. L’affrètement de navires reste trop profitable.

Le transport maritime en dix données

Le transport maritime a été marqué en 2021 par des événements sinon inattendus du moins inédits. Aux derniers jours de 2021, certains indicateurs manifestaient l'envie de prolonger le match.

Démantèlement de navires : un été meurtrier

Le troisième trimestre a été particulièrement cruel au Bangladesh, où échouent une grande partie des navires de la flotte mondiale en fin de vie. Neuf accidents distincts ont coûté la vie à sept personnes. Le démantèlement de navires reste un sujet en l’absence d’un règlement international, qui ne peut toujours pas s’appliquer faute de quorum atteint.

Même à 600 $ la tonne d'acier recyclé, les navires boudent

Les porte-conteneurs et les vraquiers sont bien trop nécessaires pour être candidats à la casse. L’environnement déprimé des pétroliers ne les incite pas davantage. Pourtant la tonne de ferraille vient de franchir dans certains chantiers du sous-continent indien le cap des 600 $. L’emballement des prix offerts n’est pas la seule anomalie du marché.

L'Espagne adhère à la Convention de Hong Kong

L’Espagne rejoint la liste des 16 autres signataires du traité international sur le recyclage des navires dans des conditions respectueuses de la sécurité des employés et de protection de l’environnement. Bien que le quorum des États ait été atteint, le texte signé sous l’égide de l’OMI en 2009 n’est toujours pas promulgué. Le démantèlement est un autre sujet récurrent de tensions où l’UE et l’OMI se disputent une zone de compétences...

Recyclage des navires : la tonne de ferraille s'affole

L’activité de recyclage des navires se réveille un peu. Cela fait plusieurs semaines que le prix de la tonne de ferraille grimpe alors les chantiers manquent de tonnages. Mais le cap des 500 $ la tonne d’acier ayant été franchi, les propriétaires se laissent tenter​.

ArcelorMittal Fos se lance dans le démantèlement de navires

Le sidérurgiste finalise à Fos-sur-Mer un projet de démantèlement des navires qui doit lui permettre de récupérer 100 000 t d’acier recyclé dès 2025. Il contribuera ainsi à atteindre ses objectifs de décarbonation de l’industriel tout en structurant une filière porteuse pour l’industrie navale.

La paradoxale désaffection pour le recyclage

Alors que les prix de la ferraille sont particulièrement élevés, l’activité de recyclage manque de tonnages. Dans certains segments du transport maritime, les vieilles unités, pour lesquelles les propriétaires ne sont pas disposés à supporter le coût de la mise en cale, feraient pourtant d’excellents candidats.

Pages