Jean-Claude Charlo, DFDS France : « Si le bastion du ferry tombe, le pavillon français tombera »

La concurrence s’est exacerbée sur le Détroit avec l’arrivée d’Irish ferries dont les navires sous pavillon chypriote n’emploient aucun marin européen et le licenciement sans préavis de tous les marins britanniques chez P&O Ferries, immédiatement remplacés par des extra-communautaires à bas coût. Entretien avec Jean-Claude Charlo, directeur général des activités françaises du transporteur maritime danois, sur la situation transmanche.

La nouvelle DSP Dieppe-Newhaven renouvelée à DFDS

Le 1er janvier, la concession de la ligne transmanche entre Dieppe et Newhaven a été renouvelée par le département de la Seine-Maritime à DFDS pour une période de cinq ans. Le Côte d’Albâtre, l’un des deux ferries opérant le service, a démarré le 3 janvier sa première rotation depuis Dieppe. Pour cette nouvelle DSP, le maintien du pavillon français et l’impact environnemental ont primé.

Dumping social en Transmanche : une charte impliquant tous les armateurs

Hervé Berville, le secrétaire d’État chargé de la mer, a animé le 30 novembre une réunion avec l’ensemble des compagnies de ferries transmanches. Conviés, les dirigeants de Brittany ferries (Jean-Marc Roué) et de DFDS France (Jean-Claude Charlo) côté français et ceux de P&O ferries (Peter Hebblethwaite) et d’Irish ferries (Andrew Sheen) outre-Manche pour leur proposer de travailler sur une charte assurant des conditions de concurrence équitables.

DFDS revoit à la hausse tous ses résultats financiers pour 2022

La compagnie danoise a bénéficié de revenus plus élevés dans tous les segments de son activité sauf le transmanche. Le chiffre d’affaires a progressé de 64 % au troisième trimestre et son excédent brut d'exploitation de 88 %. DFDS revoit à la hausse ses perspectives financières pour l’ensemble de l’année.

Sète capitalise sur la voie du ferroviaire

Avec 5,2 Mt traitées de janvier à octobre, le port de Sète enregistre une hausse de 8 % des trafics grâce aux importations de clinker et aux flux de remorques de DFDS. La stratégie de report modal avance à toute vapeur avec le lancement, en novembre prochain, d’un service ferroviaire Sète-Valenton à raison de trois trains par semaine. L’onde de choc de la pandémie passée, Sète retrouve des couleurs en 2022 en franchissant une étape à fin octobre avec 5,2 Mt contre 4,8 Mt sur les dix premiers...

Transmanche : unité française face au dumping social

Dans une unanimité rarement vue entre partenaires sociaux, armateurs et syndicats de marins font corps face au dumping social auquel se livre la compagnie britannique P&O Ferries sur le Transmanche. En jeu : le modèle social européen, la sécurité de la navigation sur le Pas de Calais, l’emploi de marins européens voire… le pavillon français.

Londres confirme la règle du salaire minimum britannique pour toutes les compagnies

Comme il en avait fait l’annonce fin mars, le gouvernement de Boris Johnson va obliger les compagnies de ferries touchant les ports du Royaume-Uni à rémunérer les navigants au salaire minimum britannique, jusqu'ici pas obligatoire sur les trajets internationaux. Sur le front syndical, les partenaires sociaux ne désarment pas et demandent à l’OIT une « réaction d’urgence », estimant que P&O Ferries a « bafoué » le droit du travail.

Un service ferroviaire de Sète à Cologne, en continuité des navires DFDS

Sète, tête de pont du transport roulier de remorques non accompagnées effectué par DFDS depuis la Turquie, va être relié par le rail à Cologne. Le port héraultais entend développer le rail et va bénéficier d’une autoroute ferroviaire le reliant à Calais.

P&O Ferries : vague d'indignations au Royaume-Uni

Le licenciement sans préavis de 800 marins britanniques par P&O Ferries a choqué le Royaume-Uni au-delà du seul secteur maritime et portuaire. Les débats politiques sont vifs, oscillant entre demande de remboursement des aides d’État et dénonciation de la légalité de la procédure. Les traversées en ferry restent suspendues sine die, à l'exception de services limités en mer d'Irlande. Une partie des membres d'équipage est déjà remplacée par des marins indiens et philippins.

Pages