Nice : un port de commerce en question en 2023

Après des résultats trafics contrastés l’an dernier, 2023 sera une année charnière pour le port de Nice, qui s’apprête à vivre une mutation avec la création d’une société portuaire en lieu et place de la CCI de Nice, l’exploitant historique. Le futur établissement devra écrire une feuille de route qui assure l’équilibre entre plaisance et activité commerciale dans une infrastructure à l'espace contraint.

Jean-Claude Charlo, DFDS France : « Si le bastion du ferry tombe, le pavillon français tombera »

La concurrence s’est exacerbée sur le Détroit avec l’arrivée d’Irish ferries dont les navires sous pavillon chypriote n’emploient aucun marin européen et le licenciement sans préavis de tous les marins britanniques chez P&O Ferries, immédiatement remplacés par des extra-communautaires à bas coût. Entretien avec Jean-Claude Charlo, directeur général des activités françaises du transporteur maritime danois, sur la situation transmanche.

Guillaume de Feydeau nommé à la tête de La Méridionale

Le Conseil d’administration de La Méridionale, réuni le 9 janvier, a nommé Guillaume de Feydeau à la tête de la compagnie marseillaise. Il remplace Benoît Dehaye, qui avait été nommé en avril 2021. Le nouveau dirigeant est un familier. Il avait dirigé la SNCM au cours de ses dernières années, celles de son redressement judiciaire et de sa reprise par des intérêts corses.

Corse : une DSP de 7 ans à 107 M€

L’Assemblée de Corse a adopté, le 20 décembre 2022, la nouvelle délégation de service public maritime sur la Corse attribuée sans surprise à Corsica Linea et à La Méridionale pour sept ans avec la possibilité de prolonger d’une année. Le contrat va débuter le 1 er janvier 2023 et s’achèvera le 31 décembre 2029.

Corsica Linea annonce la construction d’un deuxième navire

Premier navire neuf sur la Corse depuis onze ans, le nouveau ro-pax A Galeotta a été présenté le 6 janvier à Marseille, lors d’une cérémonie durant laquelle Pascal Trojani, président de Corsica Linea a évoqué la commande fin 2023 d’un deuxième navire. Un investissement pour mettre la compagnie en conformité avec la future zone de contrôle des émissions pour le soufre, effective à partir du 1 er mai 2025.

La nouvelle DSP Dieppe-Newhaven renouvelée à DFDS

Le 1er janvier, la concession de la ligne transmanche entre Dieppe et Newhaven a été renouvelée par le département de la Seine-Maritime à DFDS pour une période de cinq ans. Le Côte d’Albâtre, l’un des deux ferries opérant le service, a démarré le 3 janvier sa première rotation depuis Dieppe. Pour cette nouvelle DSP, le maintien du pavillon français et l’impact environnemental ont primé.

DFDS revoit à la hausse tous ses résultats financiers pour 2022

La compagnie danoise a bénéficié de revenus plus élevés dans tous les segments de son activité sauf le transmanche. Le chiffre d’affaires a progressé de 64 % au troisième trimestre et son excédent brut d'exploitation de 88 %. DFDS revoit à la hausse ses perspectives financières pour l’ensemble de l’année.

Brittany Ferries prépare l'après GNL

Le GNL est entré dans les mœurs de navigation de Brittany Ferries avec bientôt deux navires en service. La compagnie bretonne est déjà à l’étape d’après avec l’hybridation mais s’intéresse aussi à l’ensemble des carburants alternatifs – l’hydrogène, l’éthanol, le biométhane, l’ammoniac...–, sans occulter leurs limites mais sans a priori non plus.

Transmanche : unité française face au dumping social

Dans une unanimité rarement vue entre partenaires sociaux, armateurs et syndicats de marins font corps face au dumping social auquel se livre la compagnie britannique P&O Ferries sur le Transmanche. En jeu : le modèle social européen, la sécurité de la navigation sur le Pas de Calais, l’emploi de marins européens voire… le pavillon français.

Ligne Marseille-Tanger : La Méridionale se donne jusqu'à la fin de l'année avant de trancher

Maintien, arrêt ou repositionnement de la ligne entre Marseille et Tanger qui avait été lancée fin 2020. Le groupe Stef, actionnaire de la Méridionale, prendra une décision d’ici la fin de l’année. Le service assuré par deux ro-pax avait très bien démarré, le contexte sanitaire ayant affecté le trafic passagers mais incité à trouver des alternatives au tout-route pour le fret. Les habitudes passées ont repris leurs droits en dépit de la plus-value environnementale offerte par l’option maritime.

Pages