Fontenoy du maritime : l'exclusion de la Méridionale et de Corsica Linea du net wage ne passe pas

Dans une réaction tardive aux mesures annoncées le 14 septembre par le président de la République, l'Union Maritime et Fluviale Marseille-Fos et le Comité Marseillais des Armateurs de France s’étonnent du traitement différencié opéré au sein de la filière. La Méridionale et Corsica Linea ne sont pas éligibles à l’exonération des charges patronales sur les salaires alors qu'elles subissent la concurrence, opèrent sous pavillons français et s’inscrivent dans la transition énergétique, rappellent les organisations.

Brittany Ferries : Bruxelles autorise une aide d’État de 61,2 M€ pour préjudice subi

La Commission européenne estime à 61,2 € le préjudice subi par Brittany Ferries durant la crise sanitaire et vient de notifier à la France qu’elle pouvait accéder à cette compensation qui ne contrevient pas aux règles sur les aides d’État. La somme est bien en-deçà de la facture adressée par le coronavirus à la compagnie bretonne.

Brittany Ferries brave ses crises avec deux nouveaux navires GNL-électrique

La compagnie française introduit un concept d’hybridation complète du navire alliant le GNL et les batteries électriques. Quand les navires, affrétés auprès de Stena, rejoindront la flotte en 2024 et 2025, leurs ports d’attache disposeront en outre de la connexion à quai. Un investissement responsable mais aussi stratégique et à portée... politique.

Le net wage accordé pour un an aux armateurs français

Le décret, instaurant l’exonération en 2021 de charges salariales pour les armements effectuant du transport de passagers à l’international sous pavillon français et communautaire est publié. Les armateurs français l’attendaient comme une des mesures nécessaires pour révolutionner le cadre dans lequel ils opèrent à armes pas tout à fait égales alors que d’autres pavillons européens en profitent déjà depuis des années.

Fontenoy du maritime : stratégie de flotte, développement de l’emploi et industrie maritime au menu de la seconde étape

Nouvelle étape dans la démarche lancée en novembre dernier par le ministère de la Mer en faveur du pavillon français et de la place économique et industrielle maritime française. Trois thèmes de travail vont présider à la seconde phase, qui doit déboucher sur un accord de compétitivité d’ici l’été. Une consultation publique est par ailleurs ouverte sur le site ministère jusqu’au dimanche 18 avril.