Berlin va investir 3 Md$ dans des terminaux de GNL

Le ministère allemand des Finances porte finalement à près de 3 Md€ son enveloppe pour se doter de terminaux flottants d’importation de GNL. L’Allemagne cherche à s’affranchir de sa dépendance au gaz russe. Berlin multiplie les annonces dans ce sens.

La France a été la première destination du GNL américain en mars

La rupture des liens énergétiques avec le gaz de l’agresseur russe est-elle enclenchée ? Les statistiques sont têtues. L’Europe semble avoir entamé son sevrage pour s’affranchir d’une dépendance monomaniaque avec un fournisseur principal alors que les États-Unis sont en train de lui ravir le rôle. Ou du moins dans la transition.

Crise ukrainienne : éviter un « choc d’approvisionnement » en gaz et en pétrole

La dépendance de l'Europe à l'égard du gaz naturel russe – 35 à 40 % transitant principalement par oléoducs – rend les sanctions contre les exportations russes peu probables. Bruxelles et Washington ont néanmoins indiqué la semaine dernière étudier différentes pistes pour éviter un « choc d’approvisionnement ». Non sans impacts pour le transport de GNL et de brut.

Les méthaniers gagnés à leur tour par la fièvre à l'affrètement

Il faut compter 200 000 $ par jour pour affréter un porte-conteneurs, 86 000 $ pour un vraquier et désormais près de 200 000 $ pour des méthaniers. Les navires de transport de GNL s’engagent à leur tour sur la voie de la prospérité. La conjonction de phénomènes extrêmes dans le monde, hérités de la pandémie, stimule les importations et fait des navires des actifs rares et donc précieux.

Pékin devrait allouer 123 Md$ au forage de 118 000 puits de pétrole

La Chine cherche à augmenter sa production de pétrole et de gaz d’ici cinq ans pour répondre à la demande intérieure croissante et réduire ses importations de pétrole. Selon Rystad Energy, Pékin devrait consacrer ces cinq prochaines années 27 Md$ de plus qu’entre 2016 et 2020. Les puits en développement représenteront alors 88 % du parc.

Décarbonation : l'inattendu coup de semonce de l'AIE

L’Agence internationale de l’Énergie, historiquement associée au pétrole, appelle à ne plus investir dans des projets en lien avec le pétrole, le gaz naturel et le charbon. Dans sa première feuille de route sur la manière dont le secteur énergétique mondial peut atteindre des émissions nettes nulles d’ici 2050, l’organisation internationale est très sceptique sur la capacité du transport maritime à décarboner.

Le GNL, carburant d’une transition énergétique de long terme

Bio-GNL et méthanation à partir d’hydrogène décarboné et de CO2 capturé étaient au menu de la convention annuelle de l’Association française du gaz le 23 mars, qui avait pour thème inévitable « la contribution du GNL au climat ». Ces technologies peuvent faire du GNL un carburant totalement propre, ce qu’il n’est que partiellement aujourd’hui.

Découverte en mer Noire d'un gisement de gaz naturel

©DR Le président Recep Tayyip Erdogan a annoncé le 21 août la découverte en mer Noire du « plus grand gisement de gaz naturel de l’histoire du pays ». La Turquie dépend quasi exclusivement des importations d'hydrocarbures notamment russes...

Pétrole et gaz : des trajectoires historiquement basses

Loin d’un hypothétique retour à la normale rapide, le pétrole montre des signes de meilleure santé. La baisse de la production décidée par les membres de l’OPEP+ commence à produire ses effets tant et si bien que le cartel a décid...

La valeur d'Anadarko a grimpé de 56 % en deux semaines

C’est la série du moment. La valeur marchande d'Anadarko Petroleum Corp. a grimpé de 56 % dans le jeu de surenchères dont fait l’objet depuis deux semaines le groupe américain de schistes. Après avoir accepté d'être racheté...