GNL : Le lobby gazier français réplique à la critique de la Banque mondiale

L’Association française du gaz et France gaz maritime ont pris leur temps mais elles ont fini par réagir au rapport très critique de la Banque mondiale publié en avril 2021 envers le GNL en tant que combustible pour les navires. Dans un document publié récemment, suite à un webinaire sur les « perspectives des carburants alternatifs dans le secteur maritime », les deux associations apportent leurs contre-arguments.

TotalEnergies signe avec QatarEnergy pour développer l'un des plus grands projets de GNL

Alors que l'Europe est aux prises avec la problématique de la substitution du gaz en provenance de Russie dans un contexte de guerre en Ukraine, les investissements autour du GNL redoublent. TotalEnergies et QatarEnergy viennent de signer un accord dans le cadre du projet North Field East, l’une des plus grandes réserves mondiales de GNL. Les géants gaziers britannique et norvégien Shell et Equinor ont, eux, contracté avec la Tanzanie, ouvrant la voie à l'exploitation des réserves de gaz du pays, estimées à 1 630 milliards de m3.

Qu'en est-il des 16 nouvelles commandes de CMA CGM ?

La commande des six premiers porte-conteneurs a retenu particulièrement l’attention car elle constitue une diversification du portefeuille de l’armateur, militant de la première heure du GNL. Elle a occulté celle des quatre nouvelles unités de plus de 23 000 EVP au GNL alors que le troisième armateur en a déjà neuf en service. CMA CGM sera ainsi en mesure d'assurer la totalité de son service Asie-Europe FAL1 avec une flotte homogène de grands navires au GNL.

DNV : les commandes de navires au GNL volent de record en record

Selon les dernières données de la société de classification DNV, le GNL est de plus en plus privilégié dans les nouvelles commandes de navires. En mai, le gaz naturel liquéfié s’est imposé dans une trentaine de nouveaux contrats alors qu’une cinquantaine avait déjà été engrangée en avril. Le mois dernier, la demande a été exclusivement portée par des porte-conteneurs et les transporteurs de voitures.

La demande inédite de nouveaux navires met sous tension la construction navale

Les grands acteurs de la construction navale mondiale n’ont plus de créneaux disponibles pour absorber des constructions supplémentaires pendant au moins deux ans. Le phénomène fait le lit de chantiers de taille moyenne dont certains viennent d’enregistrer leurs premiers porte-conteneurs. Paradoxalement, la demande est au plus haut alors que les coûts de construction flambent.

Titan LNG avitaillera les navires hybrides de Brittany Ferries

La compagnie de ferries bretonne a choisi le néerlandais Titan LNG pour le soutage en GNL de ses deux navires hybrides GNL-électriques qui entreront en exploitation en 2024 et 2025. Titan LNG devrait ainsi positionner un souteur dans la Manche.

Øystein Kalleklev, PDG de Flex LNG : « La période est fantastique pour un propriétaire de méthaniers »

Étant donné la vigueur du marché à terme et le manque général de navires disponibles, la flotte de Flex LNG, qui compte 13 méthaniers, ne connaît pas le sous-emploi. Ils sont tous affrétés pour une durée minimale de trois à cinq ans. Forte demande et prix élevés pour le GNL compte tenu de la crise énergétique mondiale, résume le dirigeant.

Un quatrième méthanier pour EDF LNG Shipping

France LNG Shipping, la coentreprise entre Geogas et NYK, a signé un contrat d’affrètement de long terme avec EDF LNG Shipping pour un quatrième méthanier.

MOL fait le plein de transporteurs de voitures

La compagnie japonaise Mitsui OSK Lines a commandé une seconde série de quatre transporteurs de véhicules au GNL. Les huit unités d’une capacité de 7 000 CEU seront livrées entre 2024 et 2025. Après une série de quatre premières...

La Grèce a inauguré un nouveau terminal de GNL

Athènes a inauguré le 3 mai un nouveau terminal flottant de gaz naturel liquéfié au large d’Alexandroupoli, près de la frontière gréco-turque. Le FRSU, d’une capacité annuelle de 5 milliards de m3, sera pleinement opérationnel d’ici à 2023. Il porte à 15 milliards de m3 la capacité du pays à regazéifier le GNL et doit couvrir les marchés du sud-est de l’Europe.

Pages