L'UE a compensé ses achats de gaz russe par du GNL russe

Les pays européens continuent de faire le plein d’énergies d’origine russe. La rareté de l’offre mondiale et la faible substituabilité du gaz laissent peu d’options aux consommateurs. Dans le même temps, les négociants s’emparent du diesel russe avant l’interdiction du 5 février car là aussi, les sources alternatives sont limitées.

Le Qatar va approvisionner l'Allemagne pendant 15 ans

L’accord, conclu entre QatarEnergy et la compagnie américaine ConocoPhillips, prévoit de fournir à partir de 2026 jusqu'à 2 Mt de gaz naturel liquéfié par an au terminal méthanier en cours de construction à Brunsbutell, dans le nord de l'Allemagne.

Première livraison de GNL australien en Europe

Le premier méthanier chargé de GNL d’origine australienne a accosté au port de Rotterdam le 27 novembre. Il s’inscrit dans le cadre d’un contrat d’achat entre la société australienne Woodside Energy et le principal fournisseur allemand d...

DSME annule une nouvelle commande liée à la compagnie russe Sovcomflot

Le chantier naval sud-coréen a indiqué, dans un document boursier, la résiliation de la troisième et dernière commande de méthanier liée à Sovcomflot. Contrairement aux deux précédentes annulations, DSME invoque l'incapacité de construire le navire en raison de contraintes liées à l'approvisionnement en matériaux et non pour des délais de paiement.

Pourquoi le secteur maritime fait-il le choix du GNL ?

Si le GNL s’est imposé dans le transport maritime pour répondre aux premières réglementations environnementales, l’émergence d’une autre génération d’alternatives au fuel lourd n’est plus qu’une histoire de quelques années. Le méthanol et l’ammoniac tiennent la corde pour leur bilan carbone mais leur intensité énergétique n’égalera pas le GNL. C’est du moins ce qui a été soutenu dans une table ronde organisée par l’Association française du gaz et France gaz maritime.

Les terminaux méthaniers français tournent à plein régime

L’année 2022 est exceptionnelle pour l’activité des terminaux méthaniers français. La conférence organisée le 24 novembre par France gaz maritime et l’Association française du gaz a permis d’en prendre la mesure. Elengy, filiale de GRTgaz qui exploite trois des quatre de ces points d’importation de GNL, constate une activité en hausse de 70 % par rapport à 2021.

Le transport de GPL gagné par la fièvre

Aucune énergie ne semble échapper à l’inflation. Alors que les méthaniers se négocient à quelque 500 000 $ la journée, que les tankers sont sur le point d’aligner les 100 000 $, les prix des transporteurs de gaz de pétrole liquéfié (GPL) – propane et butane –, sont à leur tour galvanisés par les effets secondaires de la guerre en Ukraine.

Le Qatar va fournir du GNL au chinois Sinopec pendant 27 ans

Le Qatar a annoncé le 21 novembre la signature d’un contrat d'approvisionnement en GNL avec la compagnie pétrolière chinoise Sinopec d’une durée de 27 ans. Un temps exceptionnellement long. Le GNL sera extrait du projet North Field, qui apportera 48 Mt par an de capacité d’exportation à la petite monarchie du Golfe. Elle ambitionne d’atteindre les 127 Mt d’ici 2026.

Les émissions de gaz à effet de serre traquées par satellites

Á l'occasion de la conférence internationale sur le climat COP27, l'ONU a annoncé le lancement d’un programme par satellite visant la détection de méthane, dont les fuites dans l’atmosphère fondent les principales critiques à l’égard du GNL. Au-delà, l’imagerie satellitaire peut être un outil efficace pour suivre les émissions de gaz à effet de serre générées par les navires. C’est ce qui ressort du moins de près de deux décennies de suivi satellitaire effectué par la Nasa.

Un FSRU opérationnel en Finlande en décembre

Le maillage européen en unités flottantes de stockage et de regazéification de GNL, solution d’importation rapide du gaz, se poursuit. L’opérateur américain Excelerate assure que le FSRU Exemplar entrera en service en Finlande en décembre.

Pages