Croisières : Benoît Payan, le maire de Marseille, ne désarme pas

Le maire de Marseille, qui avait lancé une pétition mi-juillet pour obtenir l’interdiction des escales de navires dits polluants lors des pics de pollution, est reparti à la charge alors qu’il était présent le 5 septembre à la présentation par La Méridionale de son filtre à particules, une technologie qui piège les particules fines et ultra fines, polluants figurant parmi les plus impactant pour les riverains du port.

Renaud Muselier, président de région, entend présenter sa candidature à la présidence du Conseil de surveillance de Marseille Fos

Le président de la région Provence Alpes Côte d’Azur a mis en garde le préfet de région Christophe Mirmand. Si l’État ne présente pas de candidat(e)s avant le prochain conseil de surveillance du Grand port maritime de Marseille Fos prévu le 14 octobre, il candidatera. Il ne serait pas le premier représentant d’une région à présider un port. Pour l'heure, un seul candidat déclaré : Nicolas Mérindol, ex-directeur général du groupe Caisse d'épargne de 2006 à 2008.

Près de 1,5 million d’EVP pour Marseille Fos en 2021

En 2021, le Grand port maritime de Marseille voit tous ses trafics progresser. Le tonnage global de 75 Mt, en hausse de 9 % par rapport à 2020, accuse cependant toujours un retard de 5 % comparé à 2019. L’agrandissement des terminaux à conteneurs de Fos est à nouveau envisagé, tandis que des portiques plus grands sont attendus à Mourepiane.

Le port de Marseille Fos toujours sans président au conseil de surveillance

La principale instance de gouvernance du port phocéen navigue sans présidence fixe depuis le décès brutal de Jean-Marc Forneri en décembre 2020. Élisabeth Ayrault assure l’intérim mais elle est la première à rappeler l’importance de cette fonction, favorisant l’équilibre avec le directoire dont il exerce le contrôle de sa gestion.

Marseille Fos retrouve son activité d'avant Covid au premier semestre 2021

Il misait sur une sortie du tunnel en 2022. Le Grand Port maritime de Marseille retrouvera peut-être plus vite que prévu la trajectoire de croissance qui était la sienne avant qu’un virus planétaire ne la casse sans préavis. Fin juin, sur la plupart des segments, il a retrouvé ses niveaux de 2019.

Croisière : signal de départ pour la reprise en France

En amont de la reprise officielle prévue le 4 juillet en France, le MSC Seaside a effectué au départ du port de Marseille sa deuxième escale-test le dimanche 27 juin après celle du 20 juin. Le paquebot est exploité en jauge réduite et un temps contraint afin d’éprouver le protocole sanitaire. La reprise s’accompagne d’un retour des tensions.

Iter, le fond de cale de Marseille Fos sur le long terme  

Après de longues années d'absence, les colis au poids ou aux dimensions exceptionnelles ont repris le chemin du port phocéen. Les lots générés par le projet Iter et les bobines d'acier assurent quasiment le fond de cale des bassins Ouest tandis que les bassins Est ont retrouvé plus récemment des volumes réguliers de conventionnel.

Marseille-Fos : 10 Mt de trafics et 20 M€ de chiffre d’affaires en moins en 2020

Dans un contexte inédit, le port de Marseille Fos a enregistré en 2020 un trafic en baisse de 12,7 % par rapport à l’an dernier, atterrissant à 69 Mt. Aucune filière n’échappe à la sanction si ce n’est quelques flux conjoncturels. Néanmoins, il maintient ses investissements, planifiés à 342 M€ d’ici 2024.

Marseille-Fos : un différentiel de développement entre l’est et l’ouest ?

Les bassins est du Grand port de maritime de Marseille, parent pauvre des investissements ? Alors que le port phocéen a lancé une série d’appels d’offres – par tranches – portant sur le réaménagement de tous les terminaux implantés dans la ville, l’UMF flèche ses urgences.

Hervé Martel, président du directoire de Marseille Fos : « Le défi du plan de relance, c'est de consommer vite »

Le maître-mot reste l’incertitude, plus prégnante sur certaines filières que d’autres, avance prudemment Hervé Martel, le président du directoire du Grand port maritime de Marseille, quelques heures après la tenue d’un Conseil de surveillance. Plus certaine est la trajectoire de croissance : il faudra deux ans pour que port phocéen retrouve sa dynamique de 2019. Mais les investissements sont maintenus même s’il n’exclue pas de revenir sur certains. Le plan de relance portuaire et le contrat de plan Etat-Région revu et corrigé vont permettre d’accélérer, assure-t-il.

Pages