Vers le blocage de la prise de participation de Cosco à Hambourg ?

En septembre 2021, le manutentionnaire allemand HHLA et Cosco Shipping Ports avaient annoncé un accord de principe en vertu duquel l'opérateur portuaire chinois prendrait une participation de 35 % dans un des trois terminaux exploités par HHLA à Hambourg et dont Cosco est l’un des grands clients. Mais entre-temps, deux nouvelles donnes ont changé le cours des affaires.

Hambourg : lancement du projet pilote pour brancher des porte-conteneurs à quai

La construction de la première installation pour permettre le branchement électrique à quai de porte-conteneurs a été lancé au port de Hambourg. Le projet pilote est prévu sur deux des terminaux du manutentionnaire allemand HHLA, et devrait entrer dans une phase d'essai initiale en 2023.

Hapag-Lloyd célèbre ses 175 ans d'histoire(s)

Le 27 mai 1847, un groupe d'armateurs et de marchands fondait la Hamburg-Amerikanische Packetfahrt-Actien-Gesellschaft (Hapag) à Hambourg. Ce n'est qu'en 1970 que Hapag-Lloyd AG est née de la fusion de Hapag avec North German Lloyd, basée à Brême. Du transport de courrier et de passagers, notamment d'émigrants en direction de l'Amérique du Nord, aux célèbres boîtes en acier inventées par Malcolm McLean, l’histoire du transport maritime revisitée à travers l’aventure de Hapag-Lloyd.

Le Havre, grand gagnant du range nord-européen

Le plus grand port français de conteneurs mais le plus petit du range nord-européen tire très bien son épingle de la congestion portuaire. Il surplombe très nettement ses alter ego durant les neuf premiers mois de l’année. La part de marché du port normand a augmenté de deux points, en croissance de 38 %. Anvers devra, lui, attendre avant de déboulonner le leader portuaire Rotterdam. Habituellement très fréquenté, il est logiquement victime de la congestion.

Hambourg en forme mais pas encore olympique 

La reprise est là, à l’issue des neuf premiers mois de l’année, mais pas à la hauteur des attentes en dépit de quelques motifs de satisfaction. Le port hanséatique n’est pas parvenu à effacer totalement l’ardoise épidémique. Il doit se contenter d’une croissance de 2,9 % avec 95,8 Mt.

MSC et Maersk prolongent les suppressions d'escales au Havre, à Anvers et à Hambourg

En raison de la congestion portuaire, Maersk et MSC annoncent qu’ils vont prolonger « le s aménagements » pour trois des six services phares entre Asie et Europe du Nord. Le Havre, Anvers et Hambourg sont particulièrement concernés mais le port normand tire mieux son épingle du jeu.

Cosco et HHLA font un pas de plus vers la gestion commune d'un terminal à Hambourg

L’opérateur chinois de terminaux portuaires et le manutentionnaire allemand ont convenu d’un accord octroyant à CoscoSP 35 % des parts de l’un des terminaux gérés par l’allemand à Hambourg. Si la transaction était validée par Bruxelles, Cosco renforcerait son ancrage en Europe du Nord et prendrait pied dans un port où un seul transporteur maritime a investi. Un tour de force.

Tractations entre Maersk et Hapag-Lloyd à Wilhelmshaven ?

D’après Alphaliner, Hapag-Lloyd serait en négociations très avancées pour acquérir la participation que détient APM/Maersk (30 %), aux côtés d’Eurogate, dans le terminal à conteneurs de Jade-Weser-Port de Wilhelmshaven en Allemagne. Des bruits persistants. En juin, il en était déjà question.

Hambourg de retour en meilleure forme au premier semestre 2021

CH / Plusieurs motifs de satisfaction pour le port allemand. Le conteneur revient en force et les travaux sur l’Elbe, qui le rendent accessible aux très grandes unités, lui ont permis de réceptionner 107 mégamax en six mois. Aussi, Hambourg prouve une nouvelle fois sa capacité à desservir en profondeur les bassins de consommation de son arrière-pays grâce au rail.

Hambourg : un trafic en repli de près de 8 % en 2020

Le premier port allemand a poursuivi fin 2020 la reprise amorcée au troisième trimestre. Sans toutefois parvenir à compenser le fort recul subi en début d’année. Hambourg achève l’année pandémique sur un trafic de 126,3 Mt alors que son potentiel est revu à la baisse. ll ne serait plus que de 9,5 à 13 MEVP à l’horizon 2035.

Pages