Marseille : une pétition pour interdire les navires les plus polluants

La Ville de Marseille a mis en ligne le mardi 19 juillet une pétition pour que les navires les plus polluants ne puissent plus faire escale dans le port phocéen lors des pics de pollution. La pression sociétale est de plus en plus forte dans la cité phocéenne. Elle s’est accrue ces dernières semaines et vise particulièrement les navires de croisière même si l’appel de la municipalité vise plus largement.

Premier chargement en GNL pour le Gaz Vitality

Le souteur de GNL, basé à Marseille, a réalisé sa première opération de chargement au terminal méthanier de Fos Cavaou. Le micro-méthanier, que TotalEnergies Marine Fuels affrète à MOL, est entré en service. Premiers clients assurés : CMA CGM et MSC Croisières.

CMA CGM déploie des capacités et accorde une remise sur les conteneurs

L'armateur français enfile les annonces. CMA CGM positionne trois navires supplémentaires qui desserviront Marseille, Le Havre et Dunkerque entre décembre 2021 et février 2022. Sur le front ouest-américain, il propose une solution pour réduire l'engorgement portuaire sous la forme d'une remise, jusqu'à 200 $ par conteneur.

Ferries : la Méditerranée réclame le même traitement que la Bretagne

Vent debout et front commun. La place marseillaise, les milieux politiques et économiques compris, revendique auprès de l’État français une unité de traitement sur les dossiers maritimes. Au-delà des visites présidentielles et des paroles ministérielles, ils attendent aussi de l’État qu’il défende le pavillon tricolore à Bruxelles. La Commission européenne a diligenté il y a plus d’un an une enquête sur la délégation de service public maritime vers la Corse.

Ports français : une nette amélioration de la satisfaction des chargeurs

Amélioration des opérations maritimes et transparence des coûts contribuent à l’amélioration de la satisfaction des chargeurs vis-à-vis des ports nationaux. Le baromètre établi par Eurogroup place à nouveau Dunkerque en tête de la classe portuaire française pour la qualité de services.

Croisière : signal de départ pour la reprise en France

En amont de la reprise officielle prévue le 4 juillet en France, le MSC Seaside a effectué au départ du port de Marseille sa deuxième escale-test le dimanche 27 juin après celle du 20 juin. Le paquebot est exploité en jauge réduite et un temps contraint afin d’éprouver le protocole sanitaire. La reprise s’accompagne d’un retour des tensions.

Sénat : la stratégie nationale portuaire « ne répond que partiellement aux attentes »

La commission de l'aménagement du territoire et du développement durable au Sénat, qui avait auditionné le ministre délégué chargé des Transports, Jean-Baptiste Djebbari mi-février, sur la stratégie nationale portuaire, a rendu son rapport. Les plans gouvernementaux, présentés par le Premier ministre Jean Castex au CIMer du 22 janvier, laissent les sénateurs perplexes.

Total fournira MSC Croisières en GNL à Marseille

Le groupe pétrolier et gazier français va fournir 45 000 tonnes de GNL par an à la compagnie de croisière du groupe MSC pour alimenter les trois paquebots neufs qu’elle doit réceptionner entre 2022 et 2025. Total gagne ainsi un nouveau client à Marseille après CMA CGM, dont les porte-conteneurs de 15 000 EVP seront avitaillés à Fos.​

La diversification de La Méridionale sur le Maroc face à des imprévus

Les débuts sont plus difficiles que prévu sur la ligne entre Marseille et Tanger pour la compagnie marseillaise. Les restrictions sanitaires ont contrarié l’organisation. Depuis fin janvier, les conditions d’entrée des voyageurs sur les territoires français et marocain se sont durcies, siphonnant le trafic passagers. En revanche, la Méridionale connaît son plan de charge entre Marseille et la Corse jusqu’à fin 2022, se rassure le groupe Stef.

Marseille Fos : un projet stratégique doté de 350 M€

En attendant son nouveau président pour coiffer son conseil de surveillance, dont le décret de nomination tarde à moins que ce soit le profil qui clive, le port de Marseille a présenté son projet stratégique couvrant la période jusqu’à 2024. Il dispose de 260 M€ pour de nouveaux projets. À l’agenda : reconquérir le foncier, développer des relais de croissance et verdir. Il sera sans doute aussi très numérique...

Pages