La Cnan Nord n'a plus de navires en service

Depuis plusieurs mois, la Compagnie nationale algérienne de navigation Nord, qui opère un service régulier entre l’Algérie et l’Europe du Nord, doit faire face à des difficultés techniques et financières si bien que la totalité de sa flotte est actuellement arraisonnée dans différents ports d’escales.

Les taux de fret renouent avec les pics sur certaines routes

Les départs de foyers épidémiques se multiplient dans l’environnement des plus grands ports chinois, tels Ningbo, Tianjin ou Shenzhen. Pour l’heure, ils n’ont pas de portée directe sur les opérations portuaires mais contraignent les accès routiers, perturbent les services de transport et engendrent des retards dans un pays où les niveaux de congestion portuaire sont déjà élevés.

Les prix des navires polyvalents ont triplé en 2021

Les tarifs d’affrètement des navires polyvalents ont presque triplé en 2021. Les acteurs de ce marché anticipent une croissance continue des taux jusqu’en septembre, indique un rapport de Toepfer.

Marfret veut capitaliser sur les marchandises non conteneurisées

Avec son service MPV reliant la Belgique et la France aux Antilles et à la Guyane, l'armateur marseillais a diversifié sa présence dans les Caraïbes en proposant une solution alternative aux lignes conteneurisées. Un bilan encourageant selon le dirigeant de la compagnie marseillaise Guillaume Vidil.

Conventionnels : une reprise conditionnée aux problèmes de capacité des porte-conteneurs et vraquiers

Après de longues années de récession, le marché du conventionnel est sorti l’an dernier de l’espace étroit où il avait été relégué, son fret siphonné par les porte-conteneurs et les vraquiers. Le manque de capacités lui a permis de revenir sur le devant de la scène mais les navires polyvalents restent vulnérables et la reprise pourrait être à durée déterminée, rappelle le dernier rapport sectoriel de Drewry.

Geodis affrète le UHL Faith

À situation extrême, mesure d’urgence. Après DSV, Geodis procède à son tour à l’affrètement en direct de navires pour pallier la faiblesse de l’offre et la pénurie d’équipements. Bien qu'ils ne soient pas destinés à transporter régulièrement des conteneurs, les conventionnels se posent en alternatives. Le phénomène avait déjà été observé en fin d’année dernière​.