Le chantier turc RMK construira le voilier Neoliner

Le roulier de Neoline, doté des voiles Solid Sail développées par les Chantiers de l’Atlantique, sera construit en Turquie par RMK Marine à partir de novembre 2023 pour une livraison en juin 2025. C'est l’aboutissement d’un long cheminement pour l’armateur nantais qui achoppait sur les fonds propres alors que sa proposition commerciale a été validée par de grands chargeurs. CMA-CGM, Corsica Ferries et Louis Hardy, société qui importe des hydrocarbures à Saint-Pierre-et-Miquelon, ont en partie débloqué la situation.

Corsica Ferries entre au capital de Neoline

Le contexte est très mouvant pour Neoline dont le plan de financement a été bousculé par l’inflation. Après CMA CGM, Corsica Ferries entre à son tour au capital. Cet apport devrait lui permettre de lancer le chantier de son roulier propulsé à la voile pour une mise en service fixée mi-2025. La compagnie est emblématique des difficultés d’accès aux financements, a fortiori quand il s’agit de projets incarnant une rupture fondamentale.

Neoline doit décaler la mise à chantier de son roulier à voile

La société nantaise, qui avait prévu de lancer cet été la construction de son premier roulier avec la voile en propulsion initiale, doit la reporter à l’automne. La décision de Sogestran de se retirer de son capital contraint l’armateur à se donner du jeu pour finaliser les négociations contractuelles en cours avec un autre investisseur. Aucun aléa n’aura été épargné à cette entreprise qui défend un concept de rupture.

Longchamp adhère à son tour au voilier roulier de Neoline

Une nouvelle grande marque française vient de rejoindre les chargeurs qui se sont engagés à recourir aux services du roulier à voile de Neoline sur la ligne France – États-Unis dont le lancement est prévu en 2024.

Roulier à voiles : Neoline choisit à nouveau Neopolia

Le premier appel d’offres pour la construction du Neoliner, remporté en 2019 par Neopolia Mobility, ne permettait pas à l'armateur nantais d’atteindre l’équilibre économique. Le second projet doit permettre la mise en service en 2024, le plan de financement mieux assuré.

Clarins embarque à son tour à bord du Neoliner

Le plan de transport du futur cargo voilier de l’armateur nantais Neoline s’étoffe. Le groupe français de cosmétiques rejoint la liste des chargeurs qui ont choisi d’embarquer leur fret à bord de ce navire équipé de 4 200 m2 de voiles. Clarins est le sixième chargeur « à marque » notoire.

Michelin, client du futur voilier-cargo de Neoline

Après Renault, Manitou, Bénéteau et Hennessy, le fabricant de pneumatiques Michelin prévoit de confier des conteneurs à Neoline, qui les transportera sur l’Atlantique à bord cargo à voiles dès sa mise en service, prévue en 2023. Une avancée importante pour le plan de transport de la société nantaise.

Neoline : un nouveau client pour son futur cargo à voile

Le cognac de Jas Hennessy & Co embarquera sur le cargo à voile de l’armateur nantais. Une lettre d'engagement a été signée le 2 décembre. La maison de négoce rejoint Renault, Bénéteau et Manitou. Mais cette fois, Neoline engrange un contrat sur le conteneur alors qu’il s’agissait jusqu’à présent de fret roulant.

Neoline, Towt, Alizés : voiliers cargos ou cargos à voile, où en sont-ils ?

Les trois représentants de la filière vélique française, représentée par une quinzaine d’acteurs, sont particulièrement avancés dans leurs projets, dans la dernière ligne droite avant la mise en service de leurs premiers navires. Ils ont surtout réussi à adresser de grands et notoires chargeurs, pas de ceux qui investissent à la légère.

Le vent de la considération va-t-il enfin tourner en faveur de la propulsion à la voile ?

En manque de visibilité auprès des acteurs politiques et des investisseurs alors qu’elles portent des projets en phase avec les urgences climatiques et commercialement crédibles après de grands chargeurs, les entreprises de la filière vélique ont le défaut d’être gourmandes en capitaux. En un tour d’horizon très complet, Armateurs de France a tout dit dans un atelier organisé la semaine dernière. Il manque juste à la filière une véritable politique industrielle pour se projeter sur du long-terme…

Pages