Première baisse de trafic en sept ans pour Sète

Avec 4,2 Mt en 2020, le port méditerranéen a perdu quelques 100 000 tonnes. Sans surprise, les activités ferry et véhicules neufs sont sévèrement sanctionnés. Toutefois, ses trafics historiques, tel le bétail, ou ses nouveaux flux de clinker conteneurisé donnent satisfaction.

Des acteurs privés majoritaires dans la gestion du port de Port-la-Nouvelle

Le groupement d’entreprises Nou Vela sera l’actionnaire majoritaire de la nouvelle Semop qui assurera, à partir de mai prochain, l’aménagement, l’exploitation, la gestion et le développement du port de commerce de Port-la-Nouvelle pour une durée de 40 ans.

Stratégie
 : 
Sète vise les 5,5 Mt

Dans son plan stratégique 2021-2025, le port souhaite doubler la part de post-acheminement pour passer de 10 à 20 %. 10 M€ vont être investis par la Région Occitanie et l’EPR Port Sud de France dans l’aménagement d’une nouvelle plateforme ferroviaire, attendue pour fin 2020. La consultation de l’opérateur privé est en cours.

Terminal à conteneurs
 : 
P&O Ports lâche le port de Sète

Un contrat de trois ans avait été signé en juillet 2017 à Dubaï par Jean-Claude Gayssot, président du port de Sète et Rado Antolovic, CEO de P&O Ports. Le groupe, propriété de DP World, devrait gérer et développer le terminal à conteneurs. Des arbitrages internes sont évoqués.

Investissement
 : 
Le port de Sète investit 6 M€ dans une nouvelle plateforme ferroviaire

L’EPR Port Sud de France, gestionnaire du port de Sète, et la Région Occitanie, son propriétaire, vont investir 6 M€ dans le transfert-extension de l’actuelle plateforme ferroviaire. Objectifs : faire passer le taux de camions utilisant le fer de 30 à 50 %. « L’objectif est de passer de 25 000 remorques en 2018 à environ 30 000 , indique Olivier Carmès, directeur général du port. 30 % des camions qui arrivent à Sète utilisent le mode ferroviaire, nous souhaitons passer à 50 % d’ici...

Sète
 : 
18 ha pour accueillir des véhicules neufs

Le port de Sète a entrepris des travaux de remblaiement pour ne pas entraver le développement de son activité d'importation de véhicules neufs. Un appel d’offres international a été lancé pour la gestion de cette zone de 18 ha. Le nom de l’opérateur retenu devrait être dévoilé dans les prochaines semaines.