FMI : Les taux de fret vont contribuer à l'inflation jusqu'à la fin de l'année

Après l’OCDE, les économistes du FMI se sont penchés sur les impacts des taux de fret sur l’inflation. Ils ont scruté les données de 143 pays au cours des trente dernières années pour contextualiser le phénomène et faire ressortir les mécanismes à l'œuvre. Les tarifs du transport maritime opèrent très rapidement sur les prix des marchandises importées et les coûts de production. Mais l’impact se propage lentement jusqu’à son pic après 12 mois. Les effets à la pompe perçus suite à une montée des prix mondiaux du pétrole agissent dans un espace-temps beaucoup plus contraint.

L'OCDE rend les taux de fret responsables de l'inflation mondiale

Dans son dernier rapport, publié fin septembre, l'Organisation de coopération et de développement économiques indique que la hausse vertigineuse des taux de fret conteneurisés est à l'origine d'une grande partie de l'inflation dans les pays du G20 cette année.

Le commerce mondial en valeur record au second trimestre

L’OMC et l’OCDE confirment des « valeurs sommets » dans les importations et exportations. La congestion dans les transports internationaux et les problèmes d'approvisionnement accentuent la pression sur le prix des biens échangés.

Aides d'État : près de 10 Md$ alloués au transport maritime

Dans son rapport Covid-19 Transport Brief , l’ITF (OCDE) a recensé les aides d’État dont le transport maritime a bénéficié pour surmonter la crise engendrée par la crise sanitaire. Les opérateurs dans la croisière et le ferry en sont les principaux bénéficiaires. Au moins 13 pays ont subventionné leur industrie. Souvent de façon inconditionnelle… Dans la liste établie par l'ITF, la France est de loin le plus grand donateur d'aides d'État au secteur maritime cette année.

Alliances maritimes : La Commission européenne confirme leur pertinence

La commissaire européenne à la concurrence, la danoise Margrethe Vestager, a approuvé ce 24 mars le renouvellement, à compter du 1 er avril 2020, du règlement d'exemption par catégorie jusqu'au 25 avril 2024. Ce règlement européen, qui suscite tant de passions, permet aux compagnies maritimes, réunies en alliances ou consortia, dont la part de marché est inférieure à 30 %, de déroger aux règles de concurrence qui prévalent en principe au sein de l’UE.