Moins de conteneurs et davantage de vrac pour Anvers-Bruges

Pour son premier bilan annuel depuis la fusion des deux ports d’Anvers et de Zeebruges, effective depuis avril dernier, l’établissement portuaire affiche un repli de son trafic conteneurisé de 740 000 EVP. Cette contre-performance explique à elle-seule la stabilité du trafic global, à 287 Mt, alors que le charbon, le GNL et les vracs solides observent une grande dynamique.

Le port d'Anvers au cœur de la stratégie hydrogène révisée en Belgique

La stratégie fédérale hydrogène, revue et corrigée, a été présentée à la Maison du port à Anvers, en présence du Premier ministre belge, du ministre fédéral de l'Énergie et du secrétaire d'État à la relance. Le lieu choisi en dit long sur le rôle qu’aura à jouer la zone industrialo-portuaire dans les ambitions renforcées par la guerre en Ukraine.

Anvers : la dépression du conteneur s'enracine

Après neuf mois, Port of Antwerp-Bruges, entité issue de la fusion des ports d’Anvers et de Zeebrugge, ont enregistré un trafic total de marchandises de 217,4 Mt, en très légère croissance de 0,8 % par rapport à la même période de l'année dernière. Malgré les tensions géopolitiques, le ralentissement économique et le contexte énergétique, tous les flux de marchandises sont en croissance, à l’exception du conteneur, durablement déprimé.

Unifiés, Anvers et Zeebrugge n'enrayent pas le repli du conteneur au premier semestre 2022

Le port d’Anvers vient de publier ses premières statistiques de trafic en tant qu’entité fusionnée avec son voisin Zeebrugge. Le contexte géopolitique et macroéconomique influence fortement les volumes. À l’exception du conteneur, victime de la congestion depuis un an, les autres trafics se portent mieux, notamment le vrac et le conventionnel.

Anvers déçoit encore sur le conteneur au premier trimestre

Le port belge vient de publier ses dernières données trimestrielles de trafic en tant qu’entité seule avant la fusion avec son voisin Zeebrugge. Les défaillances du conteneur donnent du grain à moudre à l’autorité portuaire pour défendre son projet d’union et ses investissements dans le terminal exploité par PSA et MSC. Tous les autres trafics sont en hausse avec un élément notable : le doublement des flux de biocarburants.