L'offre de porte-conteneurs est serrée mais la demande est moins vive

Si de nombreux blank sailing ont été annoncés, la flotte mondiale de porte-conteneurs reste toujours aussi active. Et le nombre de navires sans emploi s’affichait encore à la baisse fin mai. Le marché de l'affrètement a été particulièrement calme au cours des deux dernières semaines avec très peu de contrats signalés et des durées d’engagement bien plus courtes.

La demande inédite de nouveaux navires met sous tension la construction navale

Les grands acteurs de la construction navale mondiale n’ont plus de créneaux disponibles pour absorber des constructions supplémentaires pendant au moins deux ans. Le phénomène fait le lit de chantiers de taille moyenne dont certains viennent d’enregistrer leurs premiers porte-conteneurs. Paradoxalement, la demande est au plus haut alors que les coûts de construction flambent.

ONE/Evergreen : le concours pour la 6e place mondiale

Les lignes vont encore bouger dans la ligne régulière. Entre Maersk et MSC, le match pour la première marche du podium mondial est plié depuis janvier. Entre Cosco et CMA CGM, les jeux sont faits, la Française ayant ravi à la Chinoise la troisième place. C’est désormais le sixième rang que se disputent les compagnies japonaise et taïwanaise ONE et Evergreen. Affaire quasiment classée.

Comment interpréter le calme plat sur le marché de l'affrètement ?

Le marché de l'affrètement de porte-conteneurs est actuellement léthargique mais peut-être pas pour les mêmes raisons qu’il y a encore quelques semaines quand l’activité était limitée par la pénurie de navires. Le contexte a légèrement changé ces dernières semaines. La chute brutale de 30 à 35 % des taux de fret au comptant sur certaines routes questionne.

La frénésie d'achats de navires est historique

À supposer qu’une partie de l’offre finisse en ferraille, dans la mesure où près de 30 % de la flotte ne sera pas conforme aux prochaines échéances réglementaires, il semble peu probable que toute la capacité livrée et libérée de la congestion puisse être absorbée sans nuire à l'équilibre entre l'offre et la demande dans les années à venir, pointe le BIMCO, l'une des plus grandes associations maritimes internationales représentant les armateurs.

MSC envisage 28 nouvelles commandes de porte-conteneurs au GNL

L’hyperboulimique MSC n’en a pas fini avec la gestion de son appétit pour les porte-conteneurs. L’entreprise serait sur le point de signer 28 commandes fermes de porte-conteneurs au GNL d'une capacité de 7 500 à 8 000 EVP, selon Alphaliner. Pour mettre la main sur ces navires le plus rapidement possible, MSC aurait réparti les commandes entre plusieurs chantiers navals.

Evergreen, Yang Ming, Wan Hai, au top de la rentabilité

À elles trois, elles ont totalisé 22 Md$ de bénéfices d’exploitation. Evergreen, Yang Ming, Wan Hai n’ont pas pour seule singularité d’être trois taïwanaises parmi les douze premières compagnies maritimes mondiales de la ligne régulière. Elles sont aussi les plus rentables. Wan Hai, la dernière du trio, la plus profitable et la plus aventurière, capitalise sur le risque pris de se diversifier en s’affranchissant de l’intra-asiatique pour se positionner sur la ligne transpacifique.

Le CMA CGM Symi offre une Première à Shanghai

Avant de débuter sa carrière sur un service transpacifique, le dernier-né de CMA CGM a offert au port de Shanghai sa première opération d’avitaillement en GNL. Le premier port à conteneurs mondial se hisse aux standards de Singapour et de Rotterdam pour l’offre en gaz naturel liquéfié.

Evergreen étoffe encore sa flotte de 24 000 EVP

La course à la construction de porte-conteneurs, amorcée l’an dernier, ne connait pas de répit depuis le début de l’année. Evergreen commande au constructeur chinois Hudong-Zhonghua Shipbuilding trois autres porte-conteneurs de 24 000 EVP alors qu’elle en compte déjà douze dans son carnet. Les plus grands navires de la ligne conteneurisée ne représenteront pas pour autant la majorité de la capacité mise en service d’ici 2025.

Pages